365

C'était hier, le 3 septembre 2015, jour de rentrée scolaire ( !?) de ma Gazelle Jolie !

Nan, pas la toute première fois pour elle, d'ailleurs c'était sa rentrée en FAC, pas à l'école !

Mais POUR MOI, c'était la toute première fois.
Enfin, depuis sa première rentrée, of course, à la maternelle, en 1997...

Toute première fois :

  • Que je n'étais pas avec elle pour l'aider à passer la porte. De la maison, déjà, première étape.De la voiture, ensuite (bon, c'est une portière, mais on va pas chipoter sur le lexique, non plus).

  • Que je n'étais pas avec elle, avant de partir, le matin, pour papoter pendant le petit-déj (le sien, moi je n'arrivais pas à manger) pour la dé-stresser. Enfin essayer...Parce que, stressée comme je l'étais, avec le recul, je me dis que ça n'était dans doute pas 100% efficace. Au contraire. Carrément contre-productif. Mais bon, je n'ai jamais prétendu être une mère parfaite. Même si j'aurais bien aimé...

  • Que je n'ai pas (enfin, presque pas) eu mal au ventre, l'estomac en capilotade, le gosier coincé, l'oesophage acide, la sueur mauvaise...

  • Que je n'ai pas dû me lever tôt, me préparer, prendre la voiture, aller jusqu'à l'école, le collège, le lycée (choisissez vous même), l'inciter à y aller, l'encourager ("tu verras, ce sera super....", "bon, je crois qu'il est temps d'y aller ?" etc...)

  • Que je ne suis pas revenue avec elle, à la maison,  en larmes, toutes les deux (non, ça c'est pas la première fois, heureusement, mais c'est arrivé, jadis, plusieurs fois, d'où le stress, l'estomac, la sueur etc...).Que je n'ai en conséquence, pas dû aller bosser malgré mon coeur, mon estomac, mon gosier et le reste ...en ruines. Du reste, je ne vais plus bosser, ni en ruines, ni en forme, mais bon.

Côté larmes, toutefois,mon honnêteté légendaire (!?) m'oblige à vous avouer, que soudain, en me lavant les dents, vers 9 h 30 du matin, j'ai fondu en larmes (je savais qu'elle commençait à 10 heures). Du coup, j'ai avalé du dentrifrice. De travers.

Mais bon, j'ai repris mon souffle, séché mes larmes et je me suis moquée de moi dans la glace.

Et j'ai promené partout dans la maison, avec moi, dans ma poche, mon téléphone portable, en attendant LE sms de ma puce, qui me dirait que tout baigne...

SMS que j'ai reçu vers ...13 H30  (sale gosse, va).

Et tout baignait, elle reprenait à 15 h, du coup, elle faisait du lèche-vitrine au Centre Commercial d'à côté de la fac, avec son Juju qui l'avait accompagnée depuis le matin (jusque dans l'amphi, sisisi, il a fait mieux que moi les années précédentes ! Enfin, sauf la première fois, à la maternelle, en 1997. Je suis une mère indigne, c'est la preuve ! )

Et vers 17 h, elle m'a carrément téléphoné ! Petit amour de sa maman ! Pour me raconter sa journée. Super-lèje, la journée, soit dit en passant. 10h-12h, 15h-16h30. Mais ça ne va pas durer (y paraît).

Bref, elle reprend mercredi (cooooooooooool). Enfin, pas vraiment, elle y retourne lundi et mardi, mais "c'est pour faire des trucs rigolos pour l'intégration" (sic). Genre course en fauteuils roulants et course avec les yeux bandés et une canne blanche. C'est sérieux (mission handicap) mais rigolo. Les autres activités prévues, elle ne m'en a pas donné le détail, et ça vaut sans doute mieux.

Aujourd'hui, suis calme, détendue, ils reviennent ce soir à la maison pour le week-end...
Ah oui, je ne vous ai pas dit qu'elle avait quitté la maison, aussi ? Je vous en reparlerai. Ou pas.

Toute première fois depuis... 26 ans, que je n'ai pas de rentrée scolaire à gérer. Génial, non ?

Ou pas.

La bombasse, heureuse quoique un tantinet désemparée...

rentrée