IMG_20161221_231252

IMG_20151214_183240

IMG_20151006_194854

Adieu 2016 !

La mode est aux bilans, alors, comme tout le monde, je fais le mien.

D'abord les nouvelles de ce foutu cancer que je n'ai plus vu qu'on me l'a enlevé...

Bonnes.

En janvier, visite chez l'oncologue, on quitte le tamoxifene pour les anti-aromatases : c'est parti pour cinq ans d'Aromasine. Ça, c'est fait. 

En avril, mammo : RAS. Ça, c'est fait aussi.

En juin, visite chez ma chir ? Ben non, ça, c'est pas fait. Je l'aime beaucoup et je lui suis infiniment reconnaissante de m'avoir fait d'aussi jolies et invisibles cicatrices, mais j'avais d'autres chats à fouetter.

Et puis on nous bassine avec le trou de la secu, alors ...

Port-a-cath toujours bien en place, j'y suis habituée, j'y tiens même, il me rappelle les chimios, rayons, scans et autres bilans jouissifs. Et que je vis toujours.

Voilà pour le cancer, nouveau rendez chez l'onco le 13 prochain.

Je vous tiendrai au courant.

Sinon, 2016 a surtout été l’année de la mort de ma maman.

En mars, mais elle était hospitalisée depuis le 26 décembre, et je savais qu’elle ne reviendrait pas depuis le 27 décembre…

Plus de foie, les complications, le transfert en soins de suite, puis l’arrivee en Ephad en février.

Ce qu’elle ne voulait à aucun prix. Mais le moyen de faire autrement ? Elle ne pouvait pas rentrer chez elle.

Je suis sûre qu’elle se savait deja foutue depuis le milieu de l’année 2015, mais elle ne nous avait rien dit, elle prenait du ventre… Et mettait ses papiers en ordre.


Bref, elle a décidé de mettre fin aux pompages douloureux de son ascite le 13 mars, quand la toubib est venue lui annoncer que ses reins..., et d'arrêter les soins curatifs.

Et donc d'arrêter de vivre par la même occasion.

 

J'etais présente quand elle a exprimé cette volonté au médecin de l' Ephad. Mes larmes degoulinaient sans me demander la permission. Mais elle était farouchement déterminée, très claire. A quoi bon protester ? Nous, ses trois enfants l'avons laissé faire. Elle a eu toute sa tête jusqu'à ce que la morphine l'assomme pour le compte, et elle a toute sa vie été une vraie bourrique, avec une volonté de fer, il ne fallait pas lui en raconter !

Il y a longtemps déjà qu'elle en avait marre de vivre, elle le disait, et nous, on l'engueulait gentiment en disant non non non, tu nous enterreras tous....

Et elle répondait "  jamais de la vie ! "

Et on rigolait toutes les deux. Moi, jaune.

Elle est partie sereine le 21 mars, après avoir reçu des soins palliatifs d’une grande humanité, et entourée de ses trois enfants et de certains de ses petits enfants, tous les jours qui ont précédé son départ.

Qui a eu lieu bien sûr pendant la nuit, elle était du genre contrariant. Maman .


Et, depuis,  je suis apaisée moi aussi.

Ce que je redoutais le plus au monde apres la perte de mon mari et de mes enfants, ça va sans dire, est arrivé, c’etait inéluctable, chaque jour qui passait était un jour de moins, et cette idée me pourrissait la vie.

Il y avait trop longtemps que je la voyais décliner, se ratatiner , souffrir physiquement en permanence, et souffrir de devenir une charge pour nous.

J'avais tellement peur de la perdre...


Bon, j’ai été trop longue, mais ça fait du bien de mettre tout ça par écrit, je ne l’avais pas encore fait, l'occasion fait le larron, ce blog a une fonction exutoire.

Et je n'ai rien à me reprocher, nous avons respecté sa volonté et nous nous sommes mis en quatre pour rendre ses dernieres semaines le plus...vivable possible.

Elle me manque souvent. Mais je pense à elle calmement.m

Parfois j'ai envie de lui téléphoner... De lui demander son avis... La période des fêtes me faisait un peu peur, mais s'est passée sans larmes. Nous avons évoqué son souvenir en famille.


Sinon, mes enfants ont trouvé leur voie ,(et leur moitié respective), mon mari  ( vous ai je dit que ?? Si si si, ça, c'est fait aussi) va plutôt bien, je me suis inscrite en fac de lettres pour apprendre le néerlandais ( un truc de dingue, ca ressemble à rien, c’t idiome, pourtant, j’ai déjà appris l’anglais, le russe et l’espagnol. Et le français. Et le latin.)

Me voilà enfin étudiante, avec pile 40 ans de retard. J'adore.

Sauf que j'ai loupé 2 semaines à la rentrée, 4 en novembre car j'etais tombée dans l'escalier (raté une marche en courant trop vite), et mon coccyx m'interdisait de conduire, et de rester assise plus d'une demi-heure dans un fauteuil, alors pensez, une heure, au moins sur les bancs de l'amphi, pas possible.

Comme j’ai tapé tout ça de la main gauche, car je me suis pété le poignet droit le 19 décembre, (en tombant dans l’escalier, encore me direz-vous ? Ben oui, j'avais la grippe - carabinée - et j'ai eu un éblouissement, et paf, six marches, deux broches, joyeux noel !) Je vais encore louper 5 semaines.

Au moins. parce que, dans Quatre semaines maintenant, on enlève les broches. et qui sait, on replâtrera peut-être.

Pas grave, je rattraperai, vive internet.

Première fracture de ma vie, ça aussi, c'est fait. Ostéoporose ? C'est de mon âge. Et c'est les effets secondaires de l'aromasine. Entre autres, épuisement permanent.

Ah oui, j'ai pris un an. Encore. Ça commence à bien faire.

Je vous passe le film dans ma tête, chute, chutes, métastases cérébrales???? non le scanner est formel, le docteur n'a rien vu. (Donc c'est confirmé, je n'ai pas de cerveau, il n'a RIEN vu - rires- ).

…Bref, je passe le temps en écrivant.

Et je ne prends pas de bonnes résolutions vu que je ne les tiens jamais. Sauf peut-être de devenir une parfaite gauchère. 

 Bonne année 2017 à tous ceux qui me feront l'honneur de me lire. Sincèrement. Je vous aime.

Gelukkig nieuwjaar ! 

100