Partie...ça y est... Je l'ai remise hier en mains propres (je les avais lavées juste avant), à son Juju.

Pour la première fois ce matin, j'ai pu (avant 10 heures 30) :

  • mettre la radio à fond les manettes
  • faire du bruit, chanter à tue-tête
  • descendre et monter les escaliers en claquant des pieds
  • utiliser les toilettes du premier étage ET TIRER LA CHASSE D'EAU !
  • aller chercher le linge sale,
  • remonter et ranger du linge propre, dans toutes les pièces du premier étage
  • me doucher avant 10 heures,
  • et...

Et j'ai le blues, quand même.

J'ai mangé, toute seule. Ce que je voulais, à l'heure où je le voulais (11 heures 45).

Pas dû attendre que le petit déj (tardif) de la Gazelle Jolie soit disparu dans les tréfonds de son système digestif.

Nan.

J'avais faim, j'ai mangé. (Disons-le tout net, j'ai avalé un sandwich garni des restes du frigo.).

J'ai (environ) trois cent mille choses à faire, dont deux mille projets à mettre en oeuvre.

J'ai passé 4 coups de fil pour prendre des rendez-vous (dont trois pour elle). Un rendez-vous pris pour elle, un pour moi, pour le reste, on verra tout à l'heure.

Ou demain.
Ce matin, ça ne décrochait pas, et ce n'est pas encore tout à fait la rentrée. No stress.

J'ai plié du linge propre (à elle et à lui), que j'ai mis, comme d'hab, dans le panier qui leur est destiné.

Dans lequel j'ai ajouté des bricoles qui pourraient leur servir : des enveloppes pour le courrier (les 2 formats), des bougies chauffe-plat pour le bougeoir qu'elle a choisi hier... Je trouverai bien d'autres trucs d'ici que je la revoie...(Jeudi, y paraît yes yes yes)

Comme elle a emmené sa lampe de chevet (cadeau de Parrain), et que j'ai remplacé les miennes, j'en ai mis une autre dans sa chambre...

Très, très vide la chambre, même si c'est encore un peu le chambard.

Il y a du bruit dans la rue (tronçonneuse ?).
J'ai éteint la radio (marre).
La maison est vide, calme, pas de portes qui claquent, pas de douche, pas de parlottes, pas de toussotement, pas de "Maman, on mange bientôt, j'ai faim ?".

Pas de "Maman, je ne veux pas abuser mais on pourrait ...(au choix : aller acheter ceci, aller chercher mon colis de ça, aller chez le coiffeur, aller à l'appart " - chez eux dorénavant, NDLR - "chercher... " - ce qu'elle a oublié la dernière fois, "aller à la banque, j'ai besoin de sous", "aller chez le docteur "j'ai ..." - au choix," mal à la gorge, un bouton bizarre, besoin de médocs"...).

Pas de "Edith, vous voulez que je fasse à manger ?" (ça, c'est Juju, quel gentil garçon), ou "laissez, on va le faire" (idem - ranger le lave-vaisselle, passer un coup de balai...)

Le 3 septembre, c'est la rentrée, à la fac de Lille III, y paraît. (C'est ce qu'elle m'a dit, j'ai fait confiance, vu que "t'inquiète, on gère, maman")

En septembre 1997, je l'ai accompagnée à la maternelle.

En septembre 1999, je l'ai accompagnée à sa nouvelle maternelle, vu qu'on avait déménagé.

En 2002, je l'ai accompagnée à sa nouvelle école primaire, en CM (une autre histoire, je vous dirai peut-être un de ces jours)

En 2004, je l'ai conduite au collège, elle entrait en sixième...

En 2007, je l'ai conduite dans son nouveau collège...

En 2008... aussi, dans un autre encore, en cours d'année...

Je l'ai traînée au collège où elle devait passer son brevet...

Entre les deux, je l'ai conduite chez les spécialistes, à l'hosto, au nouveau lycée etc...

En 2011 et 2012, je suis allée bosser tous les jours, en la laissant seule à la maison...

A partir de septembre 2013 et jusqu'à juin dernier, je l'ai accompagnée au lycée le plus souvent possible, je suis allée la chercher en pleine journée quand ça n'allait pas, je l'ai même parfois reconduite ensuite, pour qu'elle rate le moins possible ses cours...

 

ET ELLE VA FAIRE SA RENTREE A LA FAC SANS MOI...

Elle a choisi de vivre sa vie d'étudiante et de femme dans un appart proche du métro (c'est vrai qu'on habite au trou du cul du monde, elle a raison, j'en aurais fait autant à sa place), avec son Juju (pas d'inquiétude, ils sont fous l'un de l'autre et nous avons une pleine confiance en Juju.)

No comment ! On fait pas des gosses pour se les annexer à vie. (Hélas ? dit la mère poule ?? rires)

 

La liberté est une belle chose, en théorie. Le tout est de bien l'utiliser ?

Dont acte, j'ai le champ libre pour :

  • retapisser la salle de bains, (que pensez-vous du repeignage de carrelage mural, ça craint, ou pas ?)
  • choisir du parquet et me dém... pour le faire poser fissa (avant la livraison des nouveaux meubles ?)
  • trouver un artisan qui maçonne et fait de la plomberie pour remplacer une vieille fenêtre pourrie par une porte-fenêtre à économie d'énérgie (idem, avant la livraison des meubles ? - même pas en rêve, hein ? - au moins avant l'hiver, on ferait des économies)
  • m'occuper de ma maman
  • reprendre mes activités de bénévolat à la mi-septembre
  • passer du temps avec mes copines

Bref, commencer ma vie de retraitée ou assimilée, quoi, m'enfin, c'est à dire avoir un agenda explosif et jamais le temps de tout faire.

Au passage, je vous ai dit que je la bouclerais, hein ? Vous m'avez crue ? C'était une blague, c'est juste impossible. Je ne vous causerai plus de ce crétin de cancer, c'est tout ! Non mais !

Bon, je vous laisse, je ne peux pas noyer mon chagrin, donc je vais aller mettre lelinge à sécher (rien à voir ? Certes, c'est une figure de style ! )

N'empêche, les deux lardus qui quittent la maison la même année, perdre mon job (oui, bon, m'enfin, j'y allais déjà plus, me direz-vous) suis costaude de le prendre avec bonne humeur, non ?

Qu'en pensez-vous ?

Votre mère-Edith, toujours mère, mais de plus en plus loin...(soupir)

Liberte-