schizo

Hier, scintigraphie osseuse...
Oui, depuis deux ou trois mois, j'ai toujours mal partout, des douleurs baladeuses, donc un petit bilan s'imposait.

J'ai balisé, vous n'imaginez même pas !
De jeudi dernier (quand j'ai vu le docteur, et que je me suis précipitée sur tous les sites médicaux de vulgarisation - comme je dis toujours, n'allez pas vérifier sur ces sites ;) ), à mercredi matin quand j'ai eu les résultats de ma prise de sang (corrects), je me suis fait un film sur un cancer métastasé dans les os...

Bon, de mercredi à vendredi matin, j'étais rassurée, néanmoins, hier matin, je n'en menais pas large, genre, "à force de chercher, on va finir par trouver..." / "mais non, ya pas de raison".
Début (pas vraiment détecté à ce moment-là) de ma crise de dédoublement de personnalité.

Il faut savoir, pour les néophytes, que des métastases osseuses, c'est très mauvais sur le plan du pronostic vital.
Ceci expliquant mes inquiétudes, du coup parfaitement justifiées, non ?

Bref, rendez-vous à 8 heures (bonjour les bouchons sur la voie soi-disant rapide...), pour l'injection.

Oui oui oui ! Yes yes yes ! Bonheur ! 
Je n'étais plus vraiment radioactive, ça commençait à faire longtemps que je n'avais pas été irradiée, c'est chose faite, me revoilà parfaitement atomique  ! 
Puisqu'il faut subir une injection d'iode radioactif pour passer cet examen.

Et ensuite, faire pipi (si besoin) dans les chiottes réservées aux patients injectés, surtout pas dans les autres...Et, à la casa, le facteur sonne toujours deux fois (quand il sonne), et bien,  votre bombe tire toujours deux fois... la chasse d'eau, pendant 48 heures, afin d'éviter d'irradier toute la famille.

Retour à l'hosto pour 10 heures 30 comme convenu (plus de bouchons, l'heure de pointe étant passée, chic chic).

Pipi obligatoire, sinon, on ne verra que ma vessie scintiller son trop-plein d'iode radioactif. Dans le lieu réservé aux patients injectés, vous suivez, ou pas ?

Installation vers 11 heures (ben oui, être un "patient", c'est savoir patienter) dans un espèce de moule à gaufres, avec une espèce de plaque énaurmément épaisse à 5 cm de mon nez (que j'ai pourtant plutôt court, comment font ceux qui ont un long nez ? Mystère). Et c'est parti pour au moins 25 minutes.

C'est long, 25 minutes, allongée à ne rien faire, et sans pouvoir bouger un cil. Et sans même voir le plafond, au début. (Oui j'aime bien compter les dalles des plafonds, depuis que j'ai eu un cancer. )


Donc, pensées profondes...(je vous les cite de mémoire, tout cela a défilé à une vitesse supersonique dans ma tête)

 - (moi) Pourvu que ça soit bien fixé, ce truc, sinon, je me fais écrabouiller sévère...

- (l'autre moi) Mais oui, banane, au prix que ça coûte, ces machines...

- (moi) Oh ça y est, c'est parti, maintenant, c'est cinquante/cinquante, ou ya des métastases, ou yen a pas...

- (l'autre moi) Enfin, vaut mieux le savoir hein Cocotte ?

- (moi) Ben finalement, je sais pas...
Si yen a, je meurs bientôt...
Putain, avec tout ce qui me reste à faire... (ranger ma chambre, accompagner ma fillotte passer son bac, la soutenir moralement, faire conduire le fiston sur le parking, désherber le massif et semer des fleufleurs, nettoyer ceci ou celà, serait temps...) j'ai pas le temps !!!!  - j'en passe et des pires, NDLR-

- (l'autre moi) T'as la trouille ?

- (moi) Ben, je sais pas...

- (l'autre moi) Ouiiiiiiiiiiiii, en fait, t'as la trouille !!!

- (moi) Si ya rien, je refais du sport, juré !

- (l'autre moi) Fais pas des promesses que tu sais déjà que tu tiendras pas...

- (moi) Ta g....(en réalité, je lui dis le mot).

- (l'autre moi) Tu sais bien qu'yaura rien...

- (moi) Ben non, justement, je vais le savoir, peut-être.
Mais peut-être pas....

Pendant ce temps, la machine me faisait avancer centimètre par centimètre, je revoyais le plafond, je n'avais plus ce machin sur le nez...

- (moi) Dégueulasse ce plafond....Pour un hôpital presque tout neuf... Des traces de doigts partout !

- (l'autre moi) Râle pas,  ça t'occupe... Tiens, t'as remarqué, les traces, elles sont toutes près des néons, ça, c'est quand ils les changent...

- (moi) Pourraient se laver les mains avant quand même ...
Oh p.... pourvu qu'il n'y ait rien...

- (l'autre moi) Arrête, de toutes façons, à présent, c'est parti, il faut attendre....On sera fixé(es ?) bientôt !

A ce moment, la machine se met à tourner autour de mon corps (de rêve).

- (moi) Tiens, ça ne tourne pas autour de mes jambes, c'est que ça va de ce côté-là ????

- (l'autre moi) Ben, si ya des trucs louches, ce sera près de ton sein, banane ...Et partout où t'as mal. D'ailleurs, ils le feront peut-être après

- (moi) J'ai l'impression d'avoir déjà fait cet examen, non ?

- (l'autre moi) Ben, t'en as fait tellement, il y a deux ans, tu confonds (vérification faite, oui, je l'avais déjà fait, mais j'avais moins balisé...)

- (moi) ça me rappelle les rayons, ce truc qui tourne...

A ce moment, le charmant jeune homme revient et me dit "c'est fini Madame, vous pouvez bouger..., ne vous levez pas avant que je déplace la machine"  (autrement dit le moule à gaufres)

Finalement, ça passe vite, 25 minutes quand on est en bonne compagnie ! (Rires)

Je passe en salle d'attente (attente du médecin qui va interpréter). Je lis (merci Kindle), pour ne pas stresser.

Le docteur m'attend. Charmante. Première parole (après "bonjour")  : "bon, ya rien ! "

(moi) "Alléluia !" (en mon for intérieur et en musique, et en lumières stromboscopiques).

- (elle ) "Enfin, de l'arthrose, hein, un petit peu plus marquée qu'il y a deux ans" (oui, elle compare les examens - et donc, j'ai ma réponse, oui, j'en avais bien fait un)

- (moi) "Eh oui, on rajeunit pas..."

Bref, dictée du compte-rendu, fin de l'entretien médical. 
J'envoie un texto message texte à mes amours pour les rassurer, et je me rentre à la maison (j'ai faim, il est 13 heures, avec tout ça)

- (l'autre moi) Alors, t'as vu, ducon, qui c'est qu'avait raison, hein....

- (moi) Et si ç'avait été moi, tu serais bien embêtée à présent, non ? Alors, ta gueule, connasse !

Oui, excusez les gros mots, mais quand je me parle, je ne me ménage pas...

A plus, votre bombasse ré-atomisée pour un petit bout de temps !