" />

Mère-Edith Atomique

18 mai 2016

Aux dernières nouvelles, ça baigne...

Contrôles mammo et écho des seins, ostéodensitométrie osseuse : RAS. Trois ans après, mon crabe semble mort, et bien mort.

Je prends scrupuleusement mes anti-aromatases, (oui, j'ai largué le tamoxifène depuis janvier, pour passer à l'aromasine) :  une pilule chaque matin, ma barbiche pousse, mais le crabe ne revient apparemment pas...et l'ostéoporose qui me pend au nez n'a pas encore eu le temps de s'installer.

Bon, j'en ai pris pour cinq ans d' Aromasine, plus que quatre ans et demi, youpi !

Parce que les crampes que je subissais (surtout la nuit en plus) et qui étaient soi-disant dûes aux effets secondaires du Tamoxifène, je les subis toujours. Je prends des granules homéopathiques de

Dans quels cas utiliser Cuprum Metallicum ?

Nom français : Cuivre Noms communs : Cuivre rouge Famille : Métal (Cu) La rédaction de cette fiche repose sur la loi de similitude et l'expérimentation. Une substance capable de provoquer des symptômes chez un sujet sain peut les guérir chez un sujet malade.

http://www.passeportsante.net


CUPRUM METALLICUM, mais depuis peu, et je ne ressens pas de véritable amélioration. Pas grave si c'est juste ça le prix à payer, on va pas se plaindre, hein ? Après tout, je pourrais être morte, si j'avais négligé un peu plus de faire mon dépistage, en 2013.

Comme je n'avais rien de bien intéressant à raconter, je n'alimentais plus ce blog, néanmoins, s'il me reste quelques fidèles groupies (rires), je me suis dit qu'elles seraient contentes de savoir où j'en suis. 

Donc voilà, mon cancer que je n'ai plus vu qu'on me l'a enlevé, n'est pas (encore ? ) revenu,

Halléluia ! 

Pas considérée guérie pour autant.

Pas le moral, mais pas à cause du cancer, mais c'est une autre histoire...Début d'année très difficile et triste...

En mode marmotte et/ou ermite, ça passera, vivement les vacances...

DSC_0316

 

 


04 septembre 2015

Ma toute première fois (toutoute première fois...)

365

C'était hier, le 3 septembre 2015, jour de rentrée scolaire ( !?) de ma Gazelle Jolie !

Nan, pas la toute première fois pour elle, d'ailleurs c'était sa rentrée en FAC, pas à l'école !

Mais POUR MOI, c'était la toute première fois.
Enfin, depuis sa première rentrée, of course, à la maternelle, en 1997...

Toute première fois :

  • Que je n'étais pas avec elle pour l'aider à passer la porte. De la maison, déjà, première étape.De la voiture, ensuite (bon, c'est une portière, mais on va pas chipoter sur le lexique, non plus).

  • Que je n'étais pas avec elle, avant de partir, le matin, pour papoter pendant le petit-déj (le sien, moi je n'arrivais pas à manger) pour la dé-stresser. Enfin essayer...Parce que, stressée comme je l'étais, avec le recul, je me dis que ça n'était dans doute pas 100% efficace. Au contraire. Carrément contre-productif. Mais bon, je n'ai jamais prétendu être une mère parfaite. Même si j'aurais bien aimé...

  • Que je n'ai pas (enfin, presque pas) eu mal au ventre, l'estomac en capilotade, le gosier coincé, l'oesophage acide, la sueur mauvaise...

  • Que je n'ai pas dû me lever tôt, me préparer, prendre la voiture, aller jusqu'à l'école, le collège, le lycée (choisissez vous même), l'inciter à y aller, l'encourager ("tu verras, ce sera super....", "bon, je crois qu'il est temps d'y aller ?" etc...)

  • Que je ne suis pas revenue avec elle, à la maison,  en larmes, toutes les deux (non, ça c'est pas la première fois, heureusement, mais c'est arrivé, jadis, plusieurs fois, d'où le stress, l'estomac, la sueur etc...).Que je n'ai en conséquence, pas dû aller bosser malgré mon coeur, mon estomac, mon gosier et le reste ...en ruines. Du reste, je ne vais plus bosser, ni en ruines, ni en forme, mais bon.

Côté larmes, toutefois,mon honnêteté légendaire (!?) m'oblige à vous avouer, que soudain, en me lavant les dents, vers 9 h 30 du matin, j'ai fondu en larmes (je savais qu'elle commençait à 10 heures). Du coup, j'ai avalé du dentrifrice. De travers.

Mais bon, j'ai repris mon souffle, séché mes larmes et je me suis moquée de moi dans la glace.

Et j'ai promené partout dans la maison, avec moi, dans ma poche, mon téléphone portable, en attendant LE sms de ma puce, qui me dirait que tout baigne...

SMS que j'ai reçu vers ...13 H30  (sale gosse, va).

Et tout baignait, elle reprenait à 15 h, du coup, elle faisait du lèche-vitrine au Centre Commercial d'à côté de la fac, avec son Juju qui l'avait accompagnée depuis le matin (jusque dans l'amphi, sisisi, il a fait mieux que moi les années précédentes ! Enfin, sauf la première fois, à la maternelle, en 1997. Je suis une mère indigne, c'est la preuve ! )

Et vers 17 h, elle m'a carrément téléphoné ! Petit amour de sa maman ! Pour me raconter sa journée. Super-lèje, la journée, soit dit en passant. 10h-12h, 15h-16h30. Mais ça ne va pas durer (y paraît).

Bref, elle reprend mercredi (cooooooooooool). Enfin, pas vraiment, elle y retourne lundi et mardi, mais "c'est pour faire des trucs rigolos pour l'intégration" (sic). Genre course en fauteuils roulants et course avec les yeux bandés et une canne blanche. C'est sérieux (mission handicap) mais rigolo. Les autres activités prévues, elle ne m'en a pas donné le détail, et ça vaut sans doute mieux.

Aujourd'hui, suis calme, détendue, ils reviennent ce soir à la maison pour le week-end...
Ah oui, je ne vous ai pas dit qu'elle avait quitté la maison, aussi ? Je vous en reparlerai. Ou pas.

Toute première fois depuis... 26 ans, que je n'ai pas de rentrée scolaire à gérer. Génial, non ?

Ou pas.

La bombasse, heureuse quoique un tantinet désemparée...

rentrée

 

 

25 août 2015

J1 de ma nouvelle vie...

Partie...ça y est... Je l'ai remise hier en mains propres (je les avais lavées juste avant), à son Juju.

Pour la première fois ce matin, j'ai pu (avant 10 heures 30) :

  • mettre la radio à fond les manettes
  • faire du bruit, chanter à tue-tête
  • descendre et monter les escaliers en claquant des pieds
  • utiliser les toilettes du premier étage ET TIRER LA CHASSE D'EAU !
  • aller chercher le linge sale,
  • remonter et ranger du linge propre, dans toutes les pièces du premier étage
  • me doucher avant 10 heures,
  • et...

Et j'ai le blues, quand même.

J'ai mangé, toute seule. Ce que je voulais, à l'heure où je le voulais (11 heures 45).

Pas dû attendre que le petit déj (tardif) de la Gazelle Jolie soit disparu dans les tréfonds de son système digestif.

Nan.

J'avais faim, j'ai mangé. (Disons-le tout net, j'ai avalé un sandwich garni des restes du frigo.).

J'ai (environ) trois cent mille choses à faire, dont deux mille projets à mettre en oeuvre.

J'ai passé 4 coups de fil pour prendre des rendez-vous (dont trois pour elle). Un rendez-vous pris pour elle, un pour moi, pour le reste, on verra tout à l'heure.

Ou demain.
Ce matin, ça ne décrochait pas, et ce n'est pas encore tout à fait la rentrée. No stress.

J'ai plié du linge propre (à elle et à lui), que j'ai mis, comme d'hab, dans le panier qui leur est destiné.

Dans lequel j'ai ajouté des bricoles qui pourraient leur servir : des enveloppes pour le courrier (les 2 formats), des bougies chauffe-plat pour le bougeoir qu'elle a choisi hier... Je trouverai bien d'autres trucs d'ici que je la revoie...(Jeudi, y paraît yes yes yes)

Comme elle a emmené sa lampe de chevet (cadeau de Parrain), et que j'ai remplacé les miennes, j'en ai mis une autre dans sa chambre...

Très, très vide la chambre, même si c'est encore un peu le chambard.

Il y a du bruit dans la rue (tronçonneuse ?).
J'ai éteint la radio (marre).
La maison est vide, calme, pas de portes qui claquent, pas de douche, pas de parlottes, pas de toussotement, pas de "Maman, on mange bientôt, j'ai faim ?".

Pas de "Maman, je ne veux pas abuser mais on pourrait ...(au choix : aller acheter ceci, aller chercher mon colis de ça, aller chez le coiffeur, aller à l'appart " - chez eux dorénavant, NDLR - "chercher... " - ce qu'elle a oublié la dernière fois, "aller à la banque, j'ai besoin de sous", "aller chez le docteur "j'ai ..." - au choix," mal à la gorge, un bouton bizarre, besoin de médocs"...).

Pas de "Edith, vous voulez que je fasse à manger ?" (ça, c'est Juju, quel gentil garçon), ou "laissez, on va le faire" (idem - ranger le lave-vaisselle, passer un coup de balai...)

Le 3 septembre, c'est la rentrée, à la fac de Lille III, y paraît. (C'est ce qu'elle m'a dit, j'ai fait confiance, vu que "t'inquiète, on gère, maman")

En septembre 1997, je l'ai accompagnée à la maternelle.

En septembre 1999, je l'ai accompagnée à sa nouvelle maternelle, vu qu'on avait déménagé.

En 2002, je l'ai accompagnée à sa nouvelle école primaire, en CM (une autre histoire, je vous dirai peut-être un de ces jours)

En 2004, je l'ai conduite au collège, elle entrait en sixième...

En 2007, je l'ai conduite dans son nouveau collège...

En 2008... aussi, dans un autre encore, en cours d'année...

Je l'ai traînée au collège où elle devait passer son brevet...

Entre les deux, je l'ai conduite chez les spécialistes, à l'hosto, au nouveau lycée etc...

En 2011 et 2012, je suis allée bosser tous les jours, en la laissant seule à la maison...

A partir de septembre 2013 et jusqu'à juin dernier, je l'ai accompagnée au lycée le plus souvent possible, je suis allée la chercher en pleine journée quand ça n'allait pas, je l'ai même parfois reconduite ensuite, pour qu'elle rate le moins possible ses cours...

 

ET ELLE VA FAIRE SA RENTREE A LA FAC SANS MOI...

Elle a choisi de vivre sa vie d'étudiante et de femme dans un appart proche du métro (c'est vrai qu'on habite au trou du cul du monde, elle a raison, j'en aurais fait autant à sa place), avec son Juju (pas d'inquiétude, ils sont fous l'un de l'autre et nous avons une pleine confiance en Juju.)

No comment ! On fait pas des gosses pour se les annexer à vie. (Hélas ? dit la mère poule ?? rires)

 

La liberté est une belle chose, en théorie. Le tout est de bien l'utiliser ?

Dont acte, j'ai le champ libre pour :

  • retapisser la salle de bains, (que pensez-vous du repeignage de carrelage mural, ça craint, ou pas ?)
  • choisir du parquet et me dém... pour le faire poser fissa (avant la livraison des nouveaux meubles ?)
  • trouver un artisan qui maçonne et fait de la plomberie pour remplacer une vieille fenêtre pourrie par une porte-fenêtre à économie d'énérgie (idem, avant la livraison des meubles ? - même pas en rêve, hein ? - au moins avant l'hiver, on ferait des économies)
  • m'occuper de ma maman
  • reprendre mes activités de bénévolat à la mi-septembre
  • passer du temps avec mes copines

Bref, commencer ma vie de retraitée ou assimilée, quoi, m'enfin, c'est à dire avoir un agenda explosif et jamais le temps de tout faire.

Au passage, je vous ai dit que je la bouclerais, hein ? Vous m'avez crue ? C'était une blague, c'est juste impossible. Je ne vous causerai plus de ce crétin de cancer, c'est tout ! Non mais !

Bon, je vous laisse, je ne peux pas noyer mon chagrin, donc je vais aller mettre lelinge à sécher (rien à voir ? Certes, c'est une figure de style ! )

N'empêche, les deux lardus qui quittent la maison la même année, perdre mon job (oui, bon, m'enfin, j'y allais déjà plus, me direz-vous) suis costaude de le prendre avec bonne humeur, non ?

Qu'en pensez-vous ?

Votre mère-Edith, toujours mère, mais de plus en plus loin...(soupir)

Liberte-

 

 

 

 

08 août 2015

Mon droit à l'oubli....

Salut, chers lecteurs fidèles !

Que je risque de décevoir un tantinet.

En effet, après mûre réflexion (si si si, ça m'arrive de réfléchir sérieusement), j'en suis arrivée à deux conclusions :

- la première, c'est que mon cancer va bien apparemment : suis allée voir la chir courant juin, tout roule, contrôle l'an prochain, mammo/écho et tout et tout, ça va...Gynéco en septembre (avec écho pelvienne comme tous les 6 mois, passons, la routine...) Oncologue en décembre, pause dans mes séances de kiné car mon bras a récupéré son diamètre à peu près normal (merci à mon neveu et kiné Augustin, que je laisse tomber pour le remercier !!! )

Besoin de marquer une pause là aussi, deux ans que je suis une patiente de kiné très très assidue, stop pour quelques semaines, on reprendra dès que nécessaire (me fais pas d'illusions quand même !)

- la seconde, par voie de conséquence, c'est que je n'ai plus rien à raconter à propos de ce foutu cancer pour l'instant (ni à propos d'un autre cancer, a priori, croisons les doigts et arrêtons de fumer... un jour peut-être).

Et donc, conclusion de ces deux conclusions : je vais arrêter d'écrire.

En tous cas, à propos du cancer. J'en ai marre du cancer, j'en ai soupé, du cancer, j'ai plus envie d'être la cancéreuse de mon entourage, bref, passons à autre chose.

Je garde mon blog ouvert, des fois que j'aurais envie de partager mes élucubrations, auquel cas je publierai probablement dans la rubrique "Voyages au centre de ma tête".

Ou pas. On verra bien.

Il va de soi que si ma rémission se transformait en rechute, je ne manquerais pas de vous en aviser.

Mais ne vous avisez pas de le souhaiter, hein ? Même pour avoir juste le bonheur de me lire à nouveau, non non non, mon fan club, n'en faites pas trop, merci ! (Rires)

Il me reste à vous remercier de votre fidélité (pour les fidèles), de vos commentaires, de votre attention, bref de votre soutien. Merci merci merci, et merci aussi à toi, blog qui m'a permis de prendre de la distance et de bloquer les paniques (enfin, le plus souvent).

A part ça, je rentre de vacances, sereine (enfin, pour moi, sereine, donc vous voyez - mes copines invitées chez moi fin juin, invitation annulée à la dernière minute pour cause de panique et de pétage de plombs apprécieront).

Presque trois semaines, deux dans le Var près de chez ma belle-soeur qui vit là-bas et de son petit garçon. (Chaud chaud)
Et avec une étape de deux nuits au départ dans la Nièvre, près de Vézelay (dont nous avons visité la Basilique et le charmant village). Très belle région que nous avons découverte par 40 ° à l'ombre ou à peu près.
Et avec une étape de deux nuits à Cluny, (gîte parfait là aussi) en Haute-Saône, où nous avons visité ce qui reste de l'Abbaye... Quels désastres, ces révolutions qui entraînent la destruction de merveilles de l'Humanité, soit dit au passage.

Donc vacances culturelles, touristiques et familiales. Hélas finies.

IMG_20150802_00049

A présent, déménagement de la gazelle jolie qui quitte la maison pour aller vivre sa vie en fac... Nous ne serons plus que deux, encore une page qui se tourne. Et je serai (enfin) en retraite (rires).

Baptême de mes deux nièces un de ces prochains dimanches, foire à l'ail et brocante en septembre, reprise de mes activités au centre social, (dont j'ai été élue vice-présidente, excusez du peu, la promo va plus vite dans le bénévolat que dans la vie professionnelle ! En même temps, j'étais la seule volontaire, ce qui enlève un tantinet de prestige au truc (rires) ) Changement de mobilier et de déco à l'automne, voilà le programme des semaines à venir !

Rien d'exceptionnel ou de farfelu, voyez.

Bon, je vous laisse, j'étudie la pose de parquets (enfin, c'est une pré-étude, et je le ferai poser le cas échéant, n'imaginez m^^eme pas un instant que je vais le faire moi-même avec mes deux mains gauches, voyons...)

A tchao bonsoir tertous...

 

Posté par Edith7714 à 15:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 mai 2015

Ah, on est bien, hein Tintin ! *

* Merci à feu Pascal Sevran, à qui j'ai piqué la formule.

Bon, comment vous dire ? Je n'ai que de bonnes nouvelles aujourd'hui.

Pourvu que ça dure.

D'abord, JE VAIS BIEN côté cancer.

Celui-là, en tous cas. S'il y en a d'autres en préparation, je n'ai pas encore eu l'honneur de leur être présentée.

Lundi dernier 4 mai, mammo/écho (presqu'en 3D, avec un mammographe plus précis que toutes les cliniques n'ont pas) : plus aucune trace de la moindre tumeur.

C'est dit.

Juste avant, le même jour, mais ailleurs dans la clinique, écho pelvienne, utérus et ovaires OK malgré le tamoxifène et ses éventuels effets secondaires. Pour l'instant, tout roule. Reste à voir ma chir le 3 juin prochain, avec mes jolies photos toutes fraîches.

Elle sera contente quand elle mesurera le diamètre de mon bras, il a fortement diminué depuis que mon cher neveu et néanmoins kiné en prend soin deux fois par semaine !

Elle est pas belle, la vie ?

Ce même jour, (que des bonnes nouvelles), mon fils a signé pour un CDI. Dans mon entreprise !!!

Dans mon ex-entreprise, devrais-je dire, car le lendemain, entretien à la DRH en vue de mon licenciement. Hasard comique ! Un clou chasse l'autre, comme dirait le menuisier.
Pour inaptitude ?
Ben non.
Mon poste étant sur la liste des postes supprimés par le PSE, je peux bénéficier du plan de départ volontaire, pour projet personnel (prendre soin de moi et de mes proches, beau projet, non ?). C'est du pareil au même, je sors des effectifs et je cède (très volontiers) ma place à mon fiston.
Sauf que financièrement, c'est beaucoup plus intéressant. (Merci, chers syndicats, d'avoir négocié ça)

Bon, ça, c'est fait aussi. J'ai signé le protocole d'accord ce mardi (avant-hier).

Entretemps, nous avons eu confirmation pour les vacances : c'est à Fréjus la deuxième quinzaine de Juillet, ça, c'est fait aussi (vivement, j'ai envie de prendre l'air).

Depuis jeudi soir dernier, et jusqu'à dimanche dernier, mariage de deux de nos meilleurs amis : j'ai reçu les amis éloignés pour dormir, et pour répéter une danse (si si si, le ridicule ne tue pas, rassurez-vous, on a bien rigolé : exemple ici )

 

OUPS !

 Enterrement de leurs vies de célibataires très...mouvementé (quelle rigolade), cérémonies très émouvantes, soirée hyper-top, (et pas que grâce à notre prestation), rebond le lendemain sous un grand soleil, bref, que du bonheur, des retrouvailles, du partage...

C'est bon la vie.

Suis encore un peu fatiguée aujourd'hui, c'était du boulot, je vous passe les affiches détournées ou bidon que j'ai réalisées, et autres facéties, mais c'est une bonne fatigue.
On est pressés de remettre ça ... mais notre entourage manque de candidats au mariage, on refera une fiesta sans raison, il serait question de fin juin a priori.

Voilà, pour toutes ces raisons, sans parler du bénévolat que j'exerce régulièrement, des conduites de la Gazelle (ssssssssss, le bac approche à grands pas), de ma moman, des séances de kiné et des siestes quand je peux, ma vie trépidante m'empêche de vous écrire aussi souvent qu'il y a deux ans, quand j'étais tellement naze que je n'avais que ça à faire.
Et puis, il ne se passe plus grand chose côté cancer, sauf le suivi normal, ce qui est fort bien, mais je n'ai plus vraiment matière à vous raconter des blagues comiques liées aux traitements.

A ciao tertous, à la prochaine pour de nouvelles aventures !