Et voilà que notre François national, plein de bonne volonté, comme d'hab, a décrété le droit à l'oubli.

Pour les malades, par rapport aux difficultés de s'assurer.

Sauf que ce droit à l'oubli ne serait mis en place QUE pour certaines catégories de malades ?

Donc, comme de bien entendu, polémique.

lire ici et ici

Vous me connaissez, suis flemmarde, surtout quand ça existe déjà et que c'est bien fait, à quoi bon ré-écrire.

Bref, tout cela est consternant, suivant le principe habituel de la double peine.

Suis vénère...

énervée

Pour que l'accès à l'assurance soit garanti à tous les citoyens...indépendamment de leur état de santé !