Comme dit le proverbe.Enfin, bonne en ce qui concerne ma santé et celle de mes proches, c'est l'essentiel !

Chers lecteurs et désormais amis (pour les nouveaux venus éventuels), votre bombasse a été bien silencieuse la semaine dernière, et vous vous êtes inquiétés, évidemment. (Là, je me fais peut-être des illusions, mais je m'en fiche, ça fait du bien de penser qu'on pense à moi...)

Ben, si c'st le cas,  c'est très sympa, mais inutile.
C'est juste que les vacances des uns ne sont pas celles des autres, et j'ai été absolument dé-bor-dée, entre mes flashages atomiques matinaux (les rayons, à 10 h40 pétantes), et les conduites à des rendez-vous divers et variés pour Gazelle Jolie, j'ai profité du peu de temps libre restant pour faire des micro-siestes ou me gaver de séries télé enregistrées, (Person of interest, très bien car original, Private Practice, médical, mais de moins en moins, ça devient très cucul, Heart of Dixie, cucul mais ça détend, il fait toujours beau en Alabama...), pour lire (4 bouquins quand même dont un tout petit de William Styron, qui traite de sa dépression, très justement, c'est une spécialiste qui vous le dit), ou progresser au sudoku : je fais les force 3 sans (presque) tricher maintenant. Yes I can !

Plutôt crevée mais à part ça en forme, et moral toujours top, malgré les mauvaises nouvelles de notre belle entreprise.

 

plan-social2


Pas sûr que je retrouve mon poste, mais bon, m'en fous un peu, je crois que je m'y attendais.
Chéri-chéri me trouvait très pessimiste jusqu'à présent. M'enfin, c'est évident, en cas de cession, les acquéreurs potentiels n'ont qu'une seule variable d'ajustement : la ressource humaine. Et comme ils sont en position de force (tu dégraisses ou j'achète pas, en gros..). Non, ce qui serait embêtant, c'est que Chéri-chéri et moi, on saute tous les deux. Cela dit, il est plus jeune et expert dans sa partie, donc plus "recasable" que moi...
Et moi, je suis mala-deuh, complètement mala-deuh...Donc, je me suis aussi habituée à l'idée que je ne reviendrai peut-être pas, car pas en état.Ce qui permet de prendre du recul. J'ai 55 ans, la maison est payée, on verra bien. Suis pas Hercule pour lutter contre les Titans, suis malade ! (Y paraît)

Je n'arrive pas à flipper, (contrairement au PSE de 2008, où j'ai dégringolé au fond du fond de la dépression, c'est peut-être pour ça que cette fois, je  suis détachée, ce qui étonne fort Chéri-chéri et les monstres. )
Mais l'annonce d'un Plan Social, c'est comme l'annonce d'un cancer : c'est comme ça, on n'y peut rien, autant prendre l'affaire à bras le corps, flipper ne ferait qu'empirer les choses, faire en sorte que ça se passe le moins mal possible, c'est agir positif. (Oui, mes chers psys, votre travail n'aura pas été vain, toutes ces années, ça rassure, non ? Merci merci du fond du coeur - Rires).
Bref, ça chauffe, mais bon, il y a pire que nous, c'est à mes jeunes collègues que je pense.

Pour en revenir à mon cancer, ça va, toujours pas de brûlures, mon bras lymphodermique gonfle et dégonfle au gré de mes positions pour dormir (rien à faire, je m'endors sur le bras droit, je me réveille sur le gauche, qui gonfle, of course, on ne se remet pas de 55 ans d'habitudes, voire plus, il n'y avait pas d'écho quand je squattais l'utérus de ma maman, je dormais peut-être déjà sur mon bras gauche, dès que j'en ai eu un, va savoir ! )

Bon, je commence à en avoir ras la casquette (que j'ai remplacée par un bonnet en polaire, j'ai froid aux oreilles, c'est l'hiver, trop coquet), des rayons, mais le 25, c'est fini. F I N I.
Sauf récidive, ou nouveau cancer ailleurs, mais j'aimerais mieux pas, sera toujours temps d'aviser au moment où.

Et mon oncologue dit qu'au mieux, si VRAIMENT j'y tenais, je pourrais reprendre vers Janvier, mais que selon elle, il vaudrait mieux attendre Mars, car je suis claquée, en ALD (100%), et que si je reprends trop vite...  pour me re-arrêter, c'est pas top. Outre que ça me fatiguerait encore plus, ça mettrait le souk dans les plannings de Chef Vénérée (si plannings et Chef Vénérée il y a encore), et je devrais refaire 100%, contrôle sécu, et tout et tout, bref.

Et ni moi, ni ma belle entreprise n'ont envie de se retrouver... prématurément, disons. On ne m'a même pas remplacée pendant ces onze mois d'absence, tellement la charge de travail  a diminué ! C'est tout dire !

Donc, repos, c'est le docteur qui le dit, moi j'obéis toujours : elle a dit chimio, j'ai fait chimio, elle a dit rayons, je fais rayons, elle a dit repos, je fais repos (quand je peux ! ). Je suis une patiente très sage, en fait.

Bon, Enola Gay vient d'appeler sur mon portable (qui bien sûr est en bas, je vous écris du second étage). Et je ne suis pas encore douchée, donc salut, c'est tout pour ce matin.

Bonne semaine à tous !

PS : Et bien non, ce n'était pas Enola Gay, (Sam le taxi), mais Greg (Matisse), de la Clinique. Pas de rayons ce matin la machina, elle est en panne. Au mieux, ce soir après 17 heures (avant il y a sieste et récupération de Gazelle Jolie au bus de la ville d'à côté, et oui, on vit dans la cambrousse, ici).

Donc, j'ai prévenu Sam, et je vais avoir (enfin) le temps de lire mon Facebook et mes mails... A toute pour de nouvelles aventures ! Bizzz

Votre bombe Atomique préférée.