Bon, j'avoue, depuis environ cinq ans, j'ai écumé à peu près tout ce qui se fait de mieux dans le polar polaire.

images

J'ai commencé par Henning Mankell sur les conseils d'une -même pas- copine. (Au coin fumeur, on papotait de choses et d'autres. ..Merci à toi, Linda)
J'ai adoré son commissaire dépressif et solitaire Wallander et ses états d'âme, son père, sa fille... Mais pas que : ses intrigues bien nouées, et la découverte d'une espèce d'autre civilisation, proche de la nôtre et pourtant si différente... Et j'ai buté sans me décourager sur les noms de famille ou de lieux à coucher dehors, imprononçables  si on n'a pas de connaissances autour du cercle polaire.

J'en ai lu trois ou quatre, puis j'ai embrayé sur la trilogie Millenium de Stieg Larsson qui venait de sortir. Bien sûr que j'ai adoré. La mort de l'auteur est un grand malheur pour lui et ses proches, mais aussi pour Lisbeth Salander (tiens, après Wallander, voici Salander).

Et puis, j'ai découvert Camilla Larckberg et sa "Princesse des Glace"s. Ben oui, la couverture était très ressemblante à celles de Millenium, tiens, me suis-je dit, en passant devant le rayon livres de mon magasin Champion...J'ai acheté (oui, en ce temps-là, j'achetais encore des livres, à présent je lis électronique, enfin, la plupart du temps.) Evidemment, j'ai adoré Erica et Patrick, les héros flics et les noms à coucher dehors, ya pas de raison. Très bonnes intrigues, j'ai écumé : Le Prédicateur, l'Enfant Allemand, La sirène etc... (Jje viens de voir qu'il y en a des nouveaux, chouette)

D'un petit coup d'aile d'avion (dans tes rêves, cocotte, t'as peur de l'avion), j'ai traversé la mer glaciale pour atterrir en Islande et m'attaquer à Analdur Idridason, et à lire les aventures de son commissaire Erlendur Sveinsson, dépressif et solitaire...

Avec ce climat glacial, en même temps, on comprend bien qu'ils ne soient pas toujours très gais, tous ces héros venus du froid...
Mais ça ne m'a pas découragée, j'en ai lu plein (mais il y en reste que je n'ai pas encore lus , chouette ! ) Et si les noms propres suédois ne sont pas de la tarte à déchiffrer, attention les yeux, les noms propres islandais, laisse tomber, c'est encore pire !

J'ai persisté car je suis têtue et opiniâtre, quand j'aime, j'étudie assez à fond, donc j'ai lu Jo Nesbø, passé avec succès du rock au polar, avec son "bonhomme de neige", son" léopard", son inspecteur de choc Harry Hole, qui n'a rien à envier à son collègue américain Harry Bosch (oui, ça aussi j'ai étudié, mais c'était encore avant) , et j'ai donc déchiffré le norvégien tant bien que mal... Il m'en reste encore à lire, chouette !

Et Liza Marklund, pour revenir à mes premières amours suédoises....ainsi que Katarina Mazetti et son "mec de la tombe d'à côté", "les larmes de Tarzan" et le "Caveau de Famille", qui m'ont -une fois n'est pas coutume - fait sourire, si si si, c'est possible. Mais rare ! D'ailleurs, ça me fait penser au" vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", de Jonas Janasson, désopilant, mais aussi un regard très profond sur l'Histoire du XXème Siècle...Se culturer en rigolant, c'est une vraie bénédiction !

Je vous fais grâce des auteurs polaires "accidentels" que j'ai lus par ci, par là, sans forcément en retenir le nom... (vu qu'ils sont à coucher dehors leurs noms...)

Mais j'en reviens toujours à Henning Mankell (chouette il y en a des que j'ai pas lus ! )

Bref, si j'avais le temps, je crois que je pourrais encore vous parler de mes polars polaires longtemps...
J'ai un tempérament d'addict pour un tas de choses, vous avez remarqué, la lecture itou !

Or donc, revenons un peu vers des contrées plus souriantes, balayées par une douce brise d'été sous un soleil de plomb...

J'ai découvert tout récemment, et tout à fait par hasard, un nouvel auteur, et un nouveau héros, siciliens tous les deux : Andréa Camillieri et son commissaire Montalbano. J'ai lu " La forme de l'eau" et "Chiens de Faïence".

Et adoré, quelle chance, il en reste plein ! Quand je dis nouvel auteur, c'est pour moi, en fait c'est un viel auteur du siècle dernier....

Très bien traduit. L'auteur a beaucoup utilisé des locutions issues de dialectes siciliens dans sa version italienne, le traducteur a essayé de respecter et de traduire au plus près en français avec des mots provençaux ou occitans. Pas mal.
Et Montalbano, commissaire dépressif et solitaire (pour changer, on dirait Bosch, lui aussi) est malgré ça très sympa. Et l'avantage du polar sicilen sis du côté d'Agrigento, c'est que ça me rappelle des vacances (en 95) et les premiers pas de ma puce chérie sur le balcon de notre Hôtel, et les paysages visités, et notre jeunesse à tous les quatre et....les soldats avec des mitraillettes devant le tribunal de Trapani (je vous jure, c'est vrai)

Oui, car j'ai traîné mes guêtres Tongs en Sicile, une fois, contrairement aux pays Scandinaves, où j'aimerais aller, sauf qu'il n'y fait pas assez chaud selon mon chéri (faux d'après mes lectures, on sue à Stockolm en été ! ) Bref, c'est pas gagné...

Bon je vous passe Dona Léon et son commissaire Brunetti, dépressif et solitaire, Vénitien, épicurien,truculent, amoureux (ça change, hein ?) car Dona Léon est américaine, mêm si elle vit à Venise depuis ... lurette. Mais non, en fait, ça fait longtemps que je lis des polars solaires, finalement...Mais je n'ai jamais fichu les pieds à Venise, cela dit, c'est tellement bien décrit qu'on s'y verrait (surtout la pollution du côté de Mestre...) 
(Super, il m'en reste plein que je n'ai pas encore lus ! Quel auteur prolixe ! Oui je boycotte le féminin dans ce cas, j'aime pas)

D'un bond, j'ai traversé la Méditerranée pour arriver à Madrid avec Carlos Salem et son "Jambon calibre 45" atypique, complètement atypique pour un polar, mais solaire, bien entendu....Et je commence ce soir "Je reste roi d'Espagne"....Yes, il m'en reste plein que je n'ai pas encore lus !

J'ai deux Dino Buzatti dans ma liseuse, je vous en causerai plus tard, quand j'aurai découvert....

 

 Mais vous allez penser que je ne lis QUE des polars ?

Ben... oui, le plus souvent, suis addict, vous dis-je.

Mais pas que : j'ai adoré tout récemment "Au Revoir Là-haut" de Pierre Lemaître, Goncourt 2012. Magnifique, pas polar du tout du tout ! J'ai pleuré.

Et j'ai relu il n'y a pas longtemps "les frères Karamazov", et Boulgakov "(le Maître et Marguerite", j'adore depuis que j'ai 15 ans)

Côté soleil, j'ai adoré jadis Isabel Alliende et Gabriel Garcia Marquez, aussi... et j'ai aussi lu Don Quichotte.(pff longuet)

Alors ? Ne me traitez pas d'ignare parce que je me marre avec un Exbrayat ou un San Antonio, oui, j'assume !

Votre bombe, qui va aller se pieuter avec sa liseuse....

PS J'ai pas d'actions chez Amazon, je ne mets les liens qu'à titre d'illustrations de mes propos

Ecriture_lecture