Dixit ma soeurette.

Tant pis, je lui parlerai quand même !

Je lui ai écrit une grande bafouille ce midi (ici)

parce que je pense très fort à elle, qui vient de faire son entrée dans le monde étrange et (parfois mais c'est plutôt rare) merveilleux du cancer du sein.

cancer_photo_13

Si elle ne me lit pas, peut-être que mes radotages seront en toute humilité, utiles à une autre Martine ou Christine, ou Audrey ou...

Va savoir.

Bon, je mets quelques liens humoristiques ou pas, pour lui donner du courage.

Tiens, parlons-en, justement, du courage...

Je suis une vraie trouillarde, hein ?

Et puis, jeudi, c'est chimiothérapie (clin d'oeil au film "La vie est un long fleuve tranquille" où quelqu'un dit "lundi, c'est raviolis")

Et puis, parce que c'est pas tous les jours dimanche, mais des fois, il y a des trucs qui s'améliorent :

Et quand on arrive au bout des traitements lourds, un peu d'humour noir,  à tendance psycho-philosophique (de cuisine) ça peut pas faire de mal.

Donc en conclusion :

Voili voilou, bonne nuit à notre communauté d'involontaires ! Et aux autres.