Ben oui, depuis l'annonce de ma guérison rémission que je vous faisais ici, passé les premiers jours d'euphorie qui ont suivi cette mammo/écho, j'ai sombré dans la déprime la plus complète.

Après tout j'ai accouché (deux fois à un mois d'intervalle, qui dit mieux), par césarienne mais bon, si le monde était parfait...

J'ai donné le jour à (ou la chir a mis à jour, au choix) une splendide tumeur de 1.5 cm de diamètre avec ses 4 petits ganglions d'à côté (on pourrait les comparer à un placenta, dans le genre métaphore...)
Quand je dis splendide, comme j'ai décidé de l'abandonner, je ne l'ai même pas vue, en fait, mais je l'imagine d'un délicat rose nacré. Elle est partie direct à l'orphelinat, qu'on appelle "labo d'anatomo-pathologie", chez les spécialistes.

Et un mois plus tard, j'ai redonné le jour à des sexuplés ! Qui dit mieux ? Je devrais figurer dans le livre des records ! Quelle santé, non ?

Enfin,c'est toujours la fée aux doigts d'or, qui a bossé : encore une césarienne : des jolis petits ganglions lymphatiques bien métastasés.
Quand je dis jolis, je ne les ai pas vus, les ai abandonnés dès leur naissance, comme les précédents. (Même destination). Des enfants sans intérêt du tout, pour le coup, je ne m'appelle pas Rosemary*, non plus, hein ?

Sauf que, comme la parturiente la plus équilibrée dans sa tête peut être sujette à la dépression du post-partum, car c'est hormonal, me voilà sujette à la dépression post-cancérum.

Bon, d'accord, j'ai des prédispositions pour les névroses, c'est soit génétique (papa, mémé, merci bien), soit culturel (papa, merci d'avoir toujours voulu l'excellence, -que j'ai atteinte à l'école pour te faire plaisir, mais pas seulement- la pression a été lourde dans ma jeunesse, avouons-le, être fille d'instit n'est pas forcément une sinécure...)

Mais Papa chéri, je t'aime et ne te tiens aucune rancune. Je donnerais bien un bras (bon, de préférence celui qu est foutu, tant qu'à faire, hein, pas si foldingue que ça, tout de même) pour que tu sois encore parmi nous.

Bon, comme d'hab, je digresse, je suis une digresseuse patentée, s'il existait un diplôme, je serais -évidemment- la meilleure, avec mention très bien, (et rebelote dans la digression)

Bref bref, que voulais-je dire, au fait ?

Ahhhhhh oui. Pour un malade du cancer, quel qu'il soit, y'a pas que la lutte contre cette saloperie. Honnêtement, il y a aussi des bons côtés (je n'ose pas employer le mot "avantages", faut quand même pas pousser mémère dans les orties etc.... etc...) Mais les mauvais souvenirs, somme toute, s'oublient facilement. Enfin, MOI, je les oublie assez facilement. Un an après, finalement, c'était pas si terrible, ya pire, hein, bon.

Néanmoins, entre 2 chimios, on passe de bons moments à se faire materner/chouchouter, aider - voire même avoir l'ORDRE de ne pas bouger, "t'inquiète, on est là, repose-toi", plein de gens téléphonent ou passent prendre des nouvelles, les amis lointains vous envoient des fleurs via Interflora ou autre ...Bref, on se prend un peu carrément pour la Reine d'Angleterre, qui n'a jamais passé une serpillière de sa vie (ou en tous cas, on ne l'a pas dit dans "Points de vue, Images du Monde - que je ne lis pas, d'ailleurs, mais vous saisissez l'idée ?)

20962316-menage-de-nettoyer-le-sol-avec-une-vadrouille-dans-le-bureaute5bb984e8telephone02_clr

amitie-homme-avec-un-bouquet-de-fleurs-921301730_ML

Autre aspect non négligeable : quand on ne pense qu'à lutter/guérir de cette saloperie, toutes les raisons habituelles d'angoisse, quand on est une anxieuse/névropathe/psychotique/parano limite schizo, bref tarée mais créative (y parait)  dans mon genre, hé ben, toutes ces raisons de flipper à mort perdent bizarrement de leur importance... Du coup, on est de bon poil, car le moral, hein ma brave dame, dans ce genre de maladie, c'est la moitié de la guérison (du reste, ça s'est vérifié)

On est tellement naze qu'on n'a même pas le moindre scrupule à ne rien faire, tant au travail qu'à la maison. Sauf des trucs sympas : les soldes avec Gazelle (dans les boutiques où je peux m'assoir), même que, comme on perd 10 kg (enfin, moi, j'ai perdu 10 kg, je me suis racheté plein de trucs sympas que je n'aurais jamais achetés quand j'étais grosse rondouillarde !

Trop cool ! Taille 38 ou 40 ou M ! On peut aller dans TOUTES les boutiques, pas seulement chez "je m'aime en ronde" par exemple.(non sponso) Les fringues branchées et d'jeuns,(mais pas trop quand même, quoique avec un brushing parfait dû à ma splendide perruque...) on peut ! 

Bref tout ça, c'était cool. 

La suite demain, car j'ai faim, et après je me drope faire du bénévolat (je vous en cause aussi bientôt)

 

* Lire ou voir "Rosemary Baby" de Roman Polanski

rosemarys-baby