deodorant

Hé ben, on n'en sait rien, apparemment !

Ici : pas de soucis....

Ici, encore moins...

Ici, ça craint déja plus....

Ici, ben, en fait, on sait pas, alors, dans le doute, il existe des alternatives....

Et, cerise sur le gâteau, ma petite soeur, sage-femme de son état, m'a parlé d'une étude (que je n'ai pas retrouvée, hélas) qui vise à prouver que les cancers du sein gauche sont plus fréquents chez les droitières, et réciproquement...Car la droitière appuierait plus fort sur le pschit ou sur la bille du déo avec la main droite, et mettrait donc ainsi de plus grosses quantités de produit à gauche qu'à droite (et inversement pour les gauchères).

Les études tendent quand même vers un risque accru à cause des parabens qui seraient proches des oestrogènes, ce sont des "perturbateurs endocriniens" accusés de troubler l'équilibre naturel des hormones et d'être potentiellement cancérigènes...(Or le cancer du sein est "hormono-sensible", c'est connu, démontré, et c'est même pour ça que je prends un neutraliseur d'oestrogènes bien sagement tous les matins - et que j'épile mon menton, soit dit en passant).
Mais sans parabens, ce serait pire, il semblerait que les bactéries s'en donneraient à coeur joie, et pas seulement dans les déos. Alors ?

Bon, ben voilà, dans le doute, appliquez le principe de précaution : pas question de puer la sueur, mais évitons d'appliquer un déo tout de suite après s'être rasé ou épilé les aisselles, et allons-y mollo pour appuyer sur le pschittt ?

Pour avoir essayé la pierre d'alun dans les années 2000, quand la rumeur sur les déos a commencé à se répandre, je peux vous dire que ça ou un cataplasme sur une jambe de bois... Qu'en pensez-vous, ça m'intéresserait d'avoir votre avis.

 

Moi, ce que j'en dis, je ne souhaite pas à ma pire ennemie (qui s'est d'ailleurs ? ) de vivre une année comme celle que j'ai vécue en 2013.

attention-l-alu-dans-deodorants_4xm55_20n0ar