Hello, me revoilou !

Ah, non, c'est coucou, me revoilou...

J'ai un peu perdu l'habitude de vous écrire, en fait...

J'ai hiberné, pété les plombs, pleuré, flippé,dormi, fait des films catastrophe dans ma petite caboche d'ex-blonde, me suis (parfois) égarée dans les vapes des anxiolytiques de toutes sortes, fait suer ma famille tant aimée, attendu, attendu ... et elle est enfin venue !

 

La première

mammographie/échographie de contrôle

post- cancer ! 

Vendredi dernier; le 16 mai. Quatorze mois et demi après qu'on m'eût opérée (deux fois, en plus)

J'aurais pu (dû) vous informer avant ? Vous avez bien raison de râler !

Non mais allô, quoi, il m'a fallu le temps de décompresser aussi, je suis malade, hein ?

 

Suspense...

 

 

 

 

Suspense ...

 

 

 

Suspense ...

 

 

 

 

Mais plus du cancer du sein !

(Plus que malade de ma fichue cervelle,

mais ça, ça fait tellement longtemps, on y travaille encore et toujours. )

 

 

Plus de cancer !

Plus de cancer !

Plus de cancer !

Plus de cancer !

Plus trace de la moindre anomalie, juste des traces de l'intervention et des traitements (dont un splendide oedème de la tototte, tout ce qu'il y a de plus normal, koua ! )

 

J'en suis pas encore remise !

Enfin, du cancer, si, a priori (on va quand même attendre encore 4 ans, en grossissant tranquille grâce à TAMOXIFENE, avec une mammo tous les ans)

Pas remise de mes émotions, de mon flippage à mort à vie, de ma trouille veux-je dire...

Pourtant, comme me le faisant remarquer mon psychologue mardi (ben oui, l'était temps que j'aille y recauser une bavette), pourtant j'étais CONVAINCUE (pas persuadée, nuance ! ) que j'allais en guérir, de ce PUTAIN DE CANCER ! (On y va gaiement aujourd'hui)

Soulagée ? J'ai plus de mots pour le dire, j'intègre doucement... et je dors.

Quand je peux parce que les bus sont en grève dans mon joli secteur rurbain, et Gazelle Jolie doit aller au lycée, voyez...

Elle passe son bac français dans moins d'un mois.

Et le lycée se trouve dans une charmante ville des nos jolies Flandres Occidentales, à une quinzaine de kilomètres de la maison...

Ca fait DIX jours que ça dure, et faire la mère-taxi, alors que j'ai trois semaines d'arrêt de travail pour me reposer de les huit semaines de travail à mi-temps et de ma dépression pré-mammo et post-opération de Gazelle, hospi de la mother et tabassages (verbaux mais pas que) entre les employés de ma belle entreprise lors des négos sur la cession, ça fait beaucoup.

 Bref, j'avais dit que je la faisais courte, mais vous me connaissez à force ? C'est pas court, et encore, je cache ma joie...

J'en ai quelques autres à vous narrer (cancergags, entre autres), mais une chose à la fois, la Gazelle commence ses cours à onze heures et suis pas douchée...

 

En conclusion, je milite dorénavant et ne vous le redirai jamais assez :

Mesdames, faites-vous dépister,

prise à temps, ça se soigne,

cette saloperie de cancer du sein !

Et même si les soins ne sont pas comiques tous les jours, ça vaut le coup, la vie est belle, en fait !

A plouche...

mammoAaaaaaaaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !

bonheur