Viens d'aller me renseigner auprès de mon délégué syndical, car "on" me parle (mon médecin traitant ET le médecin du travail) de partir en invalidité de catégorie 2, et d'arrêter de travailler...

Parce que, pour tout vous dire, à l'orée de ma troisième demi-semaine de présence travail au bureau, je suis épuisée... et pas si motivée que ça.

Hé ben, c'est pas une bonne idée, l'invalidité.

Merci à la réforme des retraites.

SI j'ai bien tout pigé, et avant d'avoir tout vérifié, juste le bilan CARSAT, mon âge légal de départ, c'est 62 ans. Taux plein à 67 !!!

Et je viens de fêter mes 55 ans.

Et si je passe en invalidité, mes trimestres seront validés mais pas cotisés. Distinction TRÈÈÈÈÈÈÈÈS importante, semble-t-il.
Pour le calcul de ma retraite, justement. Validé veut dire PAS PAYÉ, a priori (Pourquoi, ça c'est une autre affaire, à suivre, suis une bille, je vous dis).

 

Si je suis reconnue en carrière longue, j'ai intérêt à attendre le droit à la retraite suspensive (d'activité) soit 57 ans. Car l'entreprise continue de cotiser mes trimestres jusqu'à 60 ans.

PRIMO.
Donc voir si carrière longue... Rendez-vous pris avec la CARSAT. Si pas carrière longue, alors, c'est pire.
Tablons donc sur la carrière longue, au moins pour ce matin, sinon je vais avoir le blues.

DEUXIO.
Voir l'assistante sociale pour estimer ma pension d'invalidité ET la Prévoyance. Pour comparer.
Elle est en arrêt maladie, c'te pôv dame.
Elle a le droit, hein, je ne vais pas lui jeter la pierre (rires).

TERTIO.
Se renseigner sur la prévoyance en cas de mi-temps thérapeutique.
Assistante sociale aussi. On attend. Donc.

QUATRO.
Vérifier que je n'ai pas perdu de sous pendant mon arrêt maladie (je crois bien que si, mais je ne suis pas une femme d'argent, vous me connaissez)
Donc contacter le service salaires...

Moi qu'aime pas la paperasse, je suis servie !

Et oui, je dois, en gros, persister si possible dans mon Engagement Professionnel, jusqu'à -au moins- 57 ans.
Si tout va bien.
Si je ne rechute pas.
Si je ne meurs pas bêtement prochainement.
Hypothèses hautement déplaisantes, vous en conviendrez avec moi ?

Les boules.
J'avais préparé mes adieux un peu vite, semble-t-il.

Maman, pourquoi n'as-tu pas péché plus tôt, c'est vrai quoi, commencer à enfanter à 29 ans, de ton temps, ça ne se faisait pas !

les-revisions-c-est-prise-de-tete