nuages-noirs

Donc c'est hors-sujet, n'est-ce-pas ?
Pas forcément.

Pas le moral, perdu mon humour légendaire !

 

 

 

 

 

 

Trop de trucs pas cools ces dernières semaines :
- l'opération (lourde, très lourde) de Gazelle Jolie. C'est en passe d'être fini, mais gros gros stress de Mère-Edith.

- ma Maman coincée de chez coincée par ses rhumatismes depuis 15 jours aujourd'hui, aide non stop chez elle, (épuisement de votre bombasse) puis hospi pour tenter de la soulager. Résultat des courses, intolérance à la codéïne, malaises cardiaques et délire total pendant deux jours pleins, à ne pas me reconnaître, à se battre avec les soignants, déchirer son gilet... j'en passe, et des pires.


D'où pétage de plombs, un peu, brièvement fort heureusement pour moi, et pour eux, mes trésors.

Heureusement Maman est revenue parmi nous depuis samedi. Mais dur dur. 84 ans, et ça ne va pas aller en s'améliorant, hélas.

Un truc bien quand même : nous avons fêté les 20 ans de ma Gazelle. Soirée sympa, à six ! La famille s'agrandit.

Moins bien, elle va devoir échanger le bracelet que nous lui avons offert, car il est trop grand. Comme c'est un genre de cerceau, on ne peut pas le faire diminuer. C'est pas grave, nous avons la facture.

Encore moins bien : elle a loupé sa rentrée ce matin, mal aux mâchoires, version officielle venant d'elle.
Version officieuse venant de moi : elle stresse carrément à l'idée de se prendre un coup de coude ou autre dans la mâchoire et qu'en conséquence, il faille tout repcommencer (dixit le stomato, lors de la visite de contrôle). Je peux comprendre, mais vous me connaissez, je me fais du souci pour son année scolaire.

Bonne nouvelle : je reprends le travail vendredi matin (seulement le matin) yes yes yes !

Mais, mauvaise nouvelle, le toubib de l'entreprise prône l'invalidité vu mes pathologies lourdes... et le contexte ambiant.
Ouais, pourquoi pas, faut voir...
On va voir déjà comment se passe ma reprise en mi-temps thérapeutique.
Il faut, de toutes façons que je reprenne, pas pour la sécu et tout ça tout ça, mais parce que, et d'une,ça me changera les idées,et de deux, si je décide de partir, c'est moi qui l'aurai décidé, je ne quitterai pas l'entreprise un 21 décembre 2012 pour des vacances sans retour...
Il faut que je me prépare dans ma tête, (où je me sens bien trop jeune pour être en retraite, au milieu du bazar qui y règne ces jours-ci) et que je dise "au revoir" proprement à 35 ans de ma vie professionnelle, et à celles et ceux qui l'ont partagée, si tant est qu'ils soient encore présents (ou qu'ils soient mes amis sur Facebook ! )

Je flippe complètement de voir combien mon équilibre mental est encore fragile et combien il est facile de re-basculer dans la déprime. Ma mère, ça a toujours été compliqué, c'est pas un scoop. Les psys, à moi, vais devoir avancer mes rencarts (qu'on venait juste de décider d'espacer !!! Gag)

Côté cancer, mon bras dégonfle ultra-doucement, mais il y a un petit mieux. Vive le drainage lymphatique ! Et oui, tout n'est pas si noir ?

Bon, voilà pour les news en bref.

Je remarque que personne ne s'est étonnée de mon silence.... Vous me faites beaucoup de peine (rires). Bande d'ingrats que je m'évertue à distraire, et qui se barrent sur une autre chaîne dès que j'ai une panne d'inspiration !

Mais, bon, j'avais pas envie. J'en assume les conséquences !

Bises et à plousse !