La semaine dernière, je lisais un polar, pour changer.(Rires)
Un des nombreux opus mettant en scène l'inspecteur Faraday, flic émérite officiant dans le sud de l'Angleterre (ça change des States de Patterson ou Connelly).


Or le héros, enfin, le macchabée méchamment écrasé par un train portait le nom d'un de mes grands amours de jeunesse, à une lettre près.

Il a fallu quelques jours pour que mon subconscient m'envoie un signal, mais à ce moment, j'ai eu envie de savoir ce que devenait ce jeune homme, perdu de vue depuis près de 30 ans.

Je l'ai gougueulisé !

Et je l'ai retrouvé !  Sur Google plus. Petit message ("coucou"), auquel il a répondu "hello Belle enfant" en me donnant son mail perso.

"Belle enfant", c'était comme ça qu'il m'appelait, jadis. Donc pas de doute, c'était lui.
Et donc, petit courriel de votre pipelette du clavier, lui donnant de ses nouvelles, et lui demandant des siennes.

Réponse dudit jeune homme, plus si jeune, vu qu'il s'est pris 30 ans comme moi :

- il s'est marié (en 2010 soit à 50 ans environ, jamais trop tard),
- son épouse est l'ex d'un de nos potes de bistro (me souviens vaguement du mec, pas du tout d'elle).
- Et les petits enfants de la dame l'appellent "Papy". (Je rêve ! )
- Et il s'est pris 30 kilos, (oups, moi non, nananère)
- Et il a perdu ses cheveux (moi aussi mais ils sont en train de repousser ! )
- Et il bosse toujours au même endroit.

Gloups ! "Papy", "30 kg", "marié"...Pinaise, le coup de vieux que ça m'a fichu !

Je me souvenais de ça :

Dul001

Et je retrouvais quelque chose qui ressemble à ça !  Je suppose vu que je n'avais, de toutes façons, aucune intention de le revoir prochainement :

jean-benguigui

C'est Jean Benguigui, ça doit lui ressembler pas mal.

Bon.
J'ai regretté ma curiosité, je dois dire.

C'est bizarre la mémoire !
Après tout ce temps, ne me restaient que des bons souvenirs de grosses poilades, de galipettes dans les orties (véridique - rires - souvenir cuisant), d'une visite de maison pour que nous nous installions ensemble..., d'un week-end au Tréport en amoureux et j'en passe. Ma folle jeunesse, koi.

Or, je me suis repris en pleine poire les vrais souvenirs que j'avais zappés :

  • qu'il était enfant gâté, d'ailleurs enfant tout court, petit dernier de sa fratrie, toujours chez Papa et Maman, (à qui il m'avait présentée)
  • infidèle,un max, à fond, mais je ne l'ai su qu'après, offecourseuh
  • menteur,
  • alcoolique aussi, déjà, tous les soirs au bistro après le boulot, il avait ses cafés de prédilection... Quand je n'avais pas de nouvelles depuis...quelques jours, j'en  faisais la tournée pour le retrouver -ou pas, d'ailleurs -
  • Que c'était toujours moi qui lui téléphonais.
  • Qu'après m'avoir emmenée visiter une maison dans la campagne environnante juste avant ses vacances (ben oui, notre histoire ayant commencé en février, nos congés étaient posés et ne coïncidaient pas), il s'est barré en Ardèche, comme tous les ans... et en est revenu un mois plus tard, fou amoureux d'une Laurence de 16 ans vivant du côté de St Etienne... Si si si !
  • qu'ensuite, il est revenu, reparti, revenu, reparti, revenu, reparti...

Et moi, grosse conne, qui l'accueillais à bras ouverts !
Maso ? Oui, sans nul doute, et avec le recul, orgueilleuse, aussi : j'allais le faire changer ! Rien que ça ! Pour mes beaux yeux, il aurait changé.
Alors que mes yeux n'étaient pas plus beaux ni plus moches que ceux de n'importe quelle nana qui passait à moins de 10 mètres de lui !

J'avais oublié les soirées déprimantes et déprimées, où je faisais Soeur Anne, en l'attendant à un rendez-vous qu'il m'avait donné et auquel il ne venait pas.

J'avais oublié que pendant le week-end en amoureux, il sniffait de la coke en douce (sans partager, en plus), ce que je n'ai su que quelques temps plus tard, par sa famille qui m'aimait bien. J'avais compris alors après coup pourquoi il était si énervé dans le bouchon de retour du dimanche soir !!! Il m'avait quasiment jetée devant chez moi, ben oui, il n'en avait plus, l'était en manque ? Pauv'chéri, va !

(J'avais oublié que ce n'était pas un si bon coup que ça )

J'avais oublié que je lui étais redevable en partie de ma dépression, de ma mauvaise image de moi qu'il avait bien contribué à construire avec ses douches écossaises de "je t'aime, je t'aime plus", "ma biche"...

Ouais, j'ai repensé à tout ça, que j'avais bien enterré profond, et là, je me suis dit qu'outre le fait que la mémoire est bizarrement sélective, je l'avais échappé belle, tout bien considéré !

Et que MA vie est belle !

Et que j'ai beaucoup de chance de vivre avec le sosie de Jean Reno, plutôt qu'avec celui de Jean Benguigui !

Et que je ne lui en veux pas, il y a prescription, mais bon, je le laisse s'enliser dans mon oubli !
C'est vrai que ça pourrait ressembler à un réglement de comptes, mais non, et il ne lira pas mon billet, alors quel intérêt ?
Ce n'est pas dans cet esprit-là que je l'ai écrit.

En conclusion,  je ne gougueuliserai plus les gens que j'ai croisés dans un passé pas forcément remémorable dans la joie et la bonne humeur !

Retrouver des gens perdus de vue depuis si longtemps, nous met devant notre propre vieillissement, notre parcours, nos illusions perdues...

Ce n'est pas sain et sans intérêt au fond, les vrais copains d'avant sont toujours les copains de maintenant.
D'ailleurs, j'avais clôturé mes comptes "Copains d'Avant" et "Trombi.com" parce que ça me flanquait le blues, voici bien deux ans déjà.

Adieu le passé, vive l'avenir, le temps m'est compté, j'ai bien l'intention d'en profiter auprès des gens qui comptent vraiment.

Et vivement les vacances que nous allons passer avec des vrais amis de 25 ans d'âge.

Et bonne nuit, vais faire dodo.