Depuis que vous me connaissez, vous savez que je n'aime pas la télé, SAUF quand je choisis mes programmes. Pour repasser ou me reposer, c'est selon.

Et vous savez que j'aime en particulier les séries plus ou moins médicales...(ma soi-disant vocation d'infirmière ?) ou carrément criminelles.

Donc, j'ai commencé la première saison d'une nouvelle série américaine médicale que je ne nommerai pas. (C'est mieux)
Faut bien que je m'occupe, suis fâaaaaaaaaaaaaaaatiguée (ça vous étonne ?).

Et hier soir, après avoir visionné le xième épisode de la saison 1 (unique ? Apparemment, même les américains ont eu du mal à encaisser), j'ai eu du mal à m'endormir (ce qui est l'inverse de l'effet escompté ! )


Je me suis posé des questions d'ordre éthique, rien que ça !


Bon, voilà l'affaire ...(Commentaires de mézigue entre crochets et en italique)

SYNOPSIS : (repiqué de Wiki et anonymisé par mes soins)

"L’hôpital x de la ville de Y aux states, [ce pays absolument paradisiaque au top de tout et du monde entier]est réputé dans le monde entier [justement, keskeujdisé] pour son service de transplantations d’organes. Doté d’une technologie de pointe [c'est rien de le dire ! ] où des écrans géants affichent à chaque instant les organes disponibles dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres et [bien sûr] d’une équipe de brillants chirurgiens dirigée par le Dr Z.
[Et des hélicos et un jet privé, et dont le héros est un superbe chirurgien qui ne connaît pas la fatigue, qui enchaîne les transplantations d'organes comme moi j'installe les assiettes dans le lave-vaisselle. Et dont, forcément, le couple bat de l'aile, ça, on connaît, faut qu'il y ait un peu de sexe drague en plus pour que ça marche question audimat]

Chaque épisode, s’ouvre avec l’accident qui cause la mort cérébrale du futur donneur en parallèle avec la présentation des malades susceptibles d’être receveurs, entre les villes de Y et les autres [aux USA seulement, of course].
Mais tous ne peuvent être sauvés…"

Fin de citation (commentée).

[Bon. Admettons, c'est le progrès, on fait des dons et des greffes d'organes en France aussi, et heureusement !

Entrons dans le vif du sujet de cet épisode, tout particulièrement : là où ça coince dans mon petit cerveau, même si j'en avais déjà vus 6, d'épisodes. ]

Un patient déjà atteint d'une SLA, est victime d'un accident de voiture.
[Déjà, il conduit dans cet état, avec une trachéo qui lui permet de respirer... C'est carrément dingue.]

Il est opéré fissa fissa, car son COEUR, a subi dans l'accident une déchirure du péricarde. [Bon, jusque là, on va dire que ça va.]

5 minutes [? et après une petite digression pour meubler...j'y reviendrai] après l'opération, il est frais comme un gardon, dans son plumard, réveillé, souriant et tout et tout  [c'est comme ça dans tous les épisodes, la réalité post-op n'existe tout simplement pas, encore une connerie fameuse, je trouve, même si on sait que c'est une fiction, et que chaque épisode ne dure que 40 minutes, faut arrêter de nous prendre pour des gogos].

Sauf que pendant l'opération, le super-chirurgien a aussi repéré une déchirure du diaphragme. Et là, ça se corse, il annonce à son patient que celui-ci ne pourra plus JAMAIS respirer de façon autonome, il lui faut un respirateur à demeure.
[Donc au pieu sans bouger dorénavant, aux bons soins de Fifille jusqu'à ce que la SLA ait le dessus, en clair .
Déjà, pourquoi l'homme aux doigts d'or, omniscient et omnipotent, ne lui a-t-il pas recousu le diaphragme déchiré de son patient? Hein, je vous le demande ? Après avoir réparé un coeur, un petit surjet de plus... Ok, suis pas chirurgien, mais quand même !]

Il peut causer, étant déjà trachéotomisé, il a suffi de raccorder le respirateur à sa gorge. Et il peut aussi réfléchir, côté neurones, pas de soucis. [Pas comme les scénaristes, décidément !  Mais enfin, ça reste à voir, vous allez comprendre ensuite]

Pour passer le temps du fond de son lit, il fait connaissance avec un jeune soudannais, [personnage récurrent, présent depuis le début], sympa, et en attente d'une greffe de coeur.

[ça tombe bien, vous allez comprendre...
Outre le fait que ce jeune, dont on ne sait pas comment il a pu arriver et rester aux States, d'ailleurs, n'a a priori ni ressources pécuniaires, ni assurance, qu'on est aux USA, et qu'il glande depuis des mois dans l'hôpital car le chir l'a à la bonne, même s'il ne met pas la main à la poche, il se promène dans les couloirs à longueur de journée, et et visite les patients qui sortent tout juste de la salle d'op...sans que quiconque y trouve à redire, ni les patients, ni les soignants, bonjour l'asepsie...Enfin, ce que j'en dis...
Passons encore, suis cool
.]

Ce patient donc, pas le jeune, l'autre, sexagénaire environ, est veuf et doté d'une fille admirable qui s'occupe de son papa au quotidien, au mépris de sa propre vie privée, alors que du propre aveu dudit papa, "il a été un mauvais père, pas assez présent".

[Pas rancunière, la fille, ça c'est le côté qui fait pleurer dans les chaumières, il en faut aussi, en plus du sexe, pour que ça marche.
Et c'est important pour la suite de l'histoire, vous allez voir ce que vous allez voir !
].

Alors ce brave homme, plutôt que de vivre ainsi dorénavant [une vie de merde, disons-le carrément], ne pouvant plus se promener [avec une SLA, devait pas aller bien loin], ni conduire sa voiture [voir ma remarque plus haut, de plus, c'est ça qui est le sel de la vie, non, LA raison qui fait qu'on ne veut pas mourir ?Bref, j'arrive au but], décide qu'on doit le débrancher du respirateur, comme ça, le jeune soudanais pourra avoir son coeur.

[Ben tiens, élémentaire, mon cher Watson,il a trouvé ça tout seul ! Rien que ça ! S'imagine qu'on en voudra ? Y'en a qui doutent de rien, je vous jure !
Et personne ne s'étonne de sa décision, ou presque.
Seule sa fille s'y oppose formellement, brave qu'elle est. On en profite pour la faire passer pour la méchante, pas très subtilement, je dois dire...]

Déjà, il est du groupe de donneurs universels, O...

[...je ne sais plus quelle polarité, celle des donneurs universels, donc, pas de prob technique. Youpi, ça gaze.Comme si la compatibilité du groupe sanguin était suffisante, hein ? Suis pas médecin, mais quand même, j'ai vu d'autres séries, quoi ! Bravo les scénaristes, vous avez tout prévu.

- Même si, je me permets de vous rappeller, son péricarde à été déchiré dans l'accident, avec compression du muscle cardiaque et hémorragie heureusement jugulée par notre homme aux doigts d'or.

Donc c'est quand même un coeur plus très coté à l'argus, d'autant plus qu'il a battu pendant environ 60 ans, et qu'il provient d'un patient atteint par une maladie neurologique dégénérative grave...
Pour un jeune receveur de 18 ans, et même gratos, (on insiste bien là dessus, on est aux States, quand même, la santé, ça coûte des bras, des jambes et le reste, surtout pour ce type d'intervention)  ça fait beaucoup quand même ?
Ben non, ça ne gêne personne, et surtout pas le receveur. En même temps, entre un coeur pourrave et la mort, à 18 ans, on le comprend.
Moi, pourtant, à sa place,  je crois que j'opterais pour l'attente, surtout qu'une fois transplanté, que deviendra-t-il, hein ? SDF ?
A l'hosto, il est logé-nourri-blanchi, je lelui rappelle, on s'en fout qui paie, ce qui, en soi, est aussi très zarbi au pays du libéralisme débridé.

C'est moi qui déconne, là ? Dites-moi. Inutile de vous préciser qu'à ce stade de la diffusion, je commence un blocage, oui, je commence à m'énerver un peu...bien qu'il soit 22 heures et que j'aie un petit virus qui me donne mal au bide et à la tête)

- Même si ça revient à réclamer une euthanasie.
Non ? Il me semble bien... Et je ne suis pas sûre qu'aux States, les législateurs voient ça d'un très bon oeil quand on voit comment l'avortement est considéré, mais bon, je ne vérifie pas, la flemme...
]

Mais
[visez la parade ! ] un comité se réunit à l'hosto, avec les membres du comité d'éthique (sic), le comité de direction, les juristes, la patronne de la chir, les chir, et tout et tout, et au vote, tout le monde dit oui...

Sauf notre héros le super-chir. Pas d'accord, et très seul...

[Quel rebondissement !
Bizarrement, il est contre, alors que le receveur est son pote qui peut mourir à tout instant et qu'il protège...
depuis lurette à grands frais...de l'hôpital !
Et que, opérer, c'est sa vie, il ne sait rien faire d'autre, d'ailleurs l'idée de n'effleure jamais.
Il devrait, en toute logique, sauter sur l'occase pour ces 2 raisons, mais il se pose des questions d'ordre ETHIQUE, lui, il est bien le seul...
Quel héros !

Mais héros ou pas, il n'a qu'à s'incliner devant la décision prise par la Direction !

Certes le donneur potentiel a toute sa tête, (pas comme les scénaristes, et encore, ça reste à vérifier, après une anesthésie qu'on suppose longue, pour une intervention qu'on suppose lourde quand même, vu qu'on touche à son coeur, qu'on écarte ses côtes et son sternum... et qu'il a subi un choc dû à l'accident de voiture ? Et qu'il souffre de SLA. )
Mais bon, seule sa propre fille essaie de le dissuader, koi.
La garce !
Juste parce qu'elle aime son père, détail, espèce d'égoïste !

Tout le monde s'en tape, de mes objections, de celles de la fille et de celles du super-chir), l'interessé désintéréssé compris.
C'est vraiment un mauvais père, direz-vous ?
Oui !
Mais non, il se rachète (c'est ça l'astuce : après le péché, la rédemption, le don de soi, au sens propre, pour potentiellement sauver 7 malades en attente de greffe (coeur, c'est fait, restent foie, poumons, reins...je n'ai pas eu le détail, m'en manque un. Cerveau ? Au point où on en est !)

Là où je suis franchement choquée, c'est que si on peut apparemment décider de donner ses organes (ça c'est pas nouveau, heureusement), on peut décider à qui on veut les donner et décider de mourir pour ce faire !
Même s'il faut être mis à mort exprès pour...
C'est codé dans la loi, c'est un don privé ! (sic, je vous jure, je n'invente rien ! )
Vive la France et l'anonymat des dons d'organes !

C'est pas ENCORE TOUT ! Il y a encore pire, jugez vous même]

Une dame et sa fillette entrent dans la chambre de notre généreux donneur suicidaire, [On entre dans sa chambre comme dans un moulin, en fait, elle n'a pas de porte, c'est pour ça] pour lui demander un bout de foie pour la gamine qui n'en peut plus d'attendre sa greffe et son donneur...

[Là, on atteint des sommets ! Je vais au garage changer les pièces de ma bagnole !
S'il suffit de trouver un gus mort cérébralement du bon groupe sanguin O universel, pourquoi qu'elle a dû attendre ?
Idem, d'ailleurs pour le jeune soudanais ?
Ah oui, il y a LA banque d'organes, qui décide QUI doit recevoir dans l'ordre de la liste...
Mais pas ici, vu que c'est un don privé, et que le donneur est sur place ?
Je fais vraiment du mauvais esprit, là, je trouve ! ]

Et l'autre, il sourit et répond oui oui oui, au grand dam du super-chir qui fout tout le monde dehors...

Néanmoins, la rumeur se répand dans l'hôpital, et plein de gens plein d'espoir viennent le solliciter, ou sollicitent le petit jeune du bureau de régulation interne à l'hôpital [qui n'est pas médecin et n'a aucun pouvoir décisionnaire, mais c'est pas grave.]

Au final, pour faire court, le super-chir est d'accord, on prépare le donneur et le receveur soudanais pour les interventions.


[Et donc pour la mise à mort du généreux donateur, of course. Et on prépare aussi les autres receveurs pour le reste des pièces détachées, de second choix, certes, mais quand même ! ]

Le futur mort circule dans son lit, poussé par l'équipe opératoire hilare, vers le lieu de son supplice, souriant et acclamé par les familles des receveurs alignées en rang d'oignons sur son passage !
Aïe ! la fille arrive juste à ce moment ! Adieux déchirants, avec Fifille qui finit par sourire aussi et laisse partir son papa à l'abattoir.

Fin de l'épisode sur les portes du bloc qui se referment...

[Oui, vous avez bien lu ! Suis pas (encore) folle, contrairement aux scénaristes, aux producteurs qui ont financé ça etc...Pourquoi les familles postées dans le couloir ne lui ont-elles pas offert des fleurs ? Au point où on en est, l'aseptie n'est plus qu'un détail mineur ? Si vous voulez vérifier, merci de me contacter en privé, je vous communiquerai carrément l'épisode si vous voulez, et gratos, on n'est pas aux States ! ]

 

[ Ah oui, le petit détail qui tue ! (C'est le cas de le dire ?) LA DIGRESSION : il se prépare une petite fête à l'hôpital...

Celle des familles des donneurs et des receveurs qui (sur)vivent, grâce à la générosité du cher disparu des premiers !
Comme ça tout le monde se rencontre, certains bouffent des gâteaux et des petits fours pleins de cholestérol - sont pas tous transplantés DU COEUR, ne n'oublions pas - dans une joyeuse ambiance style "Indépendance Day"...
Tous les receveurs, oui, sauf une, transplantée du coeur, originaire du Texas, qui a fait exprès le déplacement - on est loin du Texas - en avion.
Grand mal lui en a pris : elle fait un malaise cardiaque en allant vérifier que le BARBECUE se passe bien - car oui, on fait un joyeux barbeuk -  elle s'est chopé une sale listériose dans l'avion, et son pronostic vital est engagé...Pas de bol, elle se faisait une telle joie de rencontrer les chers parents de son cher donneur si opportunément disparu afin qu'elle vive !

Heureusement, super-chir est là, bien qi'il ne soit pas utile de l'opérer, il va néanmoins lui sauver la vie !
Mais elle ne pourra rencontrer la parentèle du etc... Faut pas charrier, non plus, au lit, pas bouger ! ]

super chirJe rêve ! C'est pas Dieu possible !

C'était le coup de gueule du jour !

Vous l'aurez compris, regarder des conneries, même avec un cancer assez fatigant, ne m'ôte en rien le sens critique et la dérision qui font une grande partie de mon charme célèbre !

Et je redis ma joie et ma fierté de vivre en France,
où le mot "éthique" a encore un peu de sens.

Et je dis mon admiration pour les donneurs d'organes
et les équipes médicales qui sauvent des vies à tour de bras, certes, mais pas à n'importe quel prix, ici !

C'est vrai quoi, ce n'est pas parce que je suis impropre à la consommation de mes abats post-mortem, que je ne dois pas en causer dans le poste.

télé débile