vieuxtel Spécial dédicace à Vivi, qui m'a reproché hier via répondeur interposé (vu que je subissais mon Hiroshima quotidien entre 4 murs d'un mètre cinquante d'épaisseur,) et fort peu aimablement, d'ailleurs, de ne JAMAIS l'appeler.

Ben non.

Déjà que j'appelle beaucoup trop rarement ma mère, mon parrain attentif, mes frère et soeur, mes meilleures amies (pardon Géraldine, mon amie de 30 ans bientôt, pardon Virginie, mon amie de 15 ans, pardon, Stéph, mon amie de 10 ans, pardon Nora, plus récente mais néamoins, amie, pardon, chef vénérée que je n'ai pas encore rappelée...), mes cousines attentives (pardon Cathy et Béa).

  • D'abord, j'appartiens, vous l'ai-je dit, à une génération où on n'avait pas le téléphone à la maison, il fallait aller chez les voisins, en cas d'extrême urgence seulement. Habitude que j'ai gardée, plus ou moins malgré moi, le téléphone, c'est en cas d'urgence, c'est pour cela que j'ai accepté d'avoir un téléphone mobile. Et je n'aime pas passer ma vie au téléphone, ça me gave. J'ai eu des copines qui papotaient pendant 2 plombes, juste à l'heure du dîner, alors que MOI, j'étrais pourvue d'enfants en bas âge qui avaient école le lendemain, et ben, ce ne sont plus mes amies, je ne me demande pas pourquoi, je les ai envoyées balader 2 ou 3 fois... ça a suffi, elle ne m'ont plus rappelée, on se demande bien pourquoi

.

  • Deusio, je ne sais pas me servir de ces engins, il n'est pas rare que ma batterie soit naze, ou que j'oublie mon portatif (ça c'est pour Patrick ! rires) sur le buffet. Et quand je pense à écouter mes messages, des fois, il s'est passé trois jours...

 

  • Tertio, entre mon cancer à traiter, mes siestes quotidiennes, (suis toujours HS, j'ai toujours des crampes), ma famille (mari et enfants) à supporter et/ou soutenir, ça dépend des jours, mon moral qui DOIT rester au top, condition sine qua non de ma possible guérison de ce cancer-que-je-n'ai-plus (pour mémoire) et la lecture, les conduites scolaires de Gazelle Jolie, les séries à la con, un peu de ménage, le temps me manque.

A propos de moral, pour le garder au top, entre autres, j'écoute de la musique (avé les écouteurs) dans les salles d'attente des divers services médicaux liés à l'oncologie (radiologie, rayons, chimios, consults de l'oncologue etc...) pour ne pas écouter les mémères malades qui se racontent leurs blessures de guerre  qui mieux mieux, espérant sans doute recevoir la médaille militaire de celle qui aura le plus souffert...Je ne peux pas...

Deviens égoïste, certes, sur mes vieux jours, mais Ste Edith de la Bonne Oreille, la mère Térésa de Minie Grégoire du St Apitoiement sur Soi-Même, finito, quand j'ai des probs, ce ne sont pas les gens que j'ai essayé de réconforter qui se bousculent au portillon pour prendre des nouvelles, ce sont les vrais qui ont un coeur.

De plus, je ne lutte pas contre le cancer seulement, mais aussi contre moi-même et mes démons, ma dépression de bientôt 40 ans d'âge (au moins), mes TS improbables et tout ce qui a trait à fin 2012/début 2013, dont l'HP, j'ai tendance à le mettre de côté pour garder la niaque (les connaisseurs comprendront les sigles, les autres se débrouilleront...)

Et toi, Vivi, tu cumules, alors, non, je n'ai pas envie de t'appeler, en toute humilité, sans compter que je ne saurai pas quoi de dire passer le premier échange de nouvelles, et que je n'aurai pas la force de te réconforter.

Voilà.

Que ceux qui trouvent que je suis devenue méchante, égoïste, ou ce qu'ils (me) veulent (de mal), me jettent la pierre et se débranchent du blog, m'en fous...

Question de survie (la mienne et celle de mes tout proches).

Vais me préparer pour prendre mon Enola Gay Quotidien, direction Hiroshima mon amour....

Bonne journée quand même.

                                                                                                                                                                       Votre bombasse, énervée aujourd'hui.