Petite mise au point affectueuse et amicale...

Dans les gentils messages, commentaires et SMS que je reçois, via le blog, Facebook, Linkedin, ma boîte aux lettres et mon téléphone, on me souhaite très très souvent "Bon Courage".

Normal. Je le fais aussi en pareille circonstance, et je ne doute pas que vos souhaits soient sincères. D'ailleurs, ils me touchent beaucoup.

Parfois, assez souvent, et c'est surtout dans les commentaires du blog ou ceux sur les réseaux sociaux où je partage mes posts, suite à une publication, vous, chers lecteurs aimés et respectés, louez mon courage, tout ça parce que j'essaie d'être positive, et d'extraire la substantifique moelle comique de mes mésaventures de malade, lesquelles sont, somme toute, très très ordinaires, en général.

Et là : tatata !

Je vous livre un scoop d'enfer ! Vous en avez le monopole, et je vous autorise même à en faire la couv de votre "Gala" ou "Voici" perso !

Je ne suis pas du tout quelqu'un de courageux !

Vlam !

En pleine tronche !

St Michel et dragon

 

Vous êtes déçus ? Bien raison ! Moi aussi, un peu !

Et oui, la statue tombe de son piédestal ! En toute modestie, vous me connaissez !
Tombe doucement, quand même, car je viens de perdre un bras, si je perds l'autre on pourra me mettre au Louvre avec ma soeur jumelle !

Ne m'admirez pas ! Bon, ok faites comme vous le sentez, moi, ce que j'en dis...

A la vérité, je suis trouillarde et lâche : quoi de plus lâche de d'avoir plusieurs (plusieurs plusieurs, hein, pas 2) voulu mourir et pris (très mal, heureusement, j'en ris jaune à présent) les dispositions pour arriver à mes fins ?
Quand la souffrance morale, justifiée ou non d'ailleurs, mais c'est une autre histoire, devient une vraie souffrance physique et qu'on ne trouve plus d'autre issue pour arrêter d'avoir mal...

Et ce cancer-que-je-n'ai-plus-vu-qu'on-l'a-enlevé ?

A chaque examen, depuis ma mammo/écho/biopsie -cette dernière imprévue - du 4 mars dernier, en passant par les scanners, scintigraphies et autres opérations chirurgicales, j'étais morte de trouille !
Enfin presque morte, puisque je vous cause encore !
Je voulais être ailleurs, je voulais être quelqu'un d'autre, "pas possible, c'était pas à moi que ça arrive", je cauchemarde etc...

Et que dire de l'attente des résultats, dans les salles d'attente justement, où tous les malades -ou pas- (c'est pour le savoir, qu'on attend, en fait,) regardent par terre, évitent soigneusement de croiser des regards des autres...
Moi comme tout le monde... Surtout quand ils sortent ensuite en pleurant du cabinet médical. J'étais mal, mais mal...

Et la salle d'attente de l'onco, la première fois, avec mon namoureux... Même si la chir avait expliqué grosses mailles le protocole, là, on y était, en plein dedans, la lose totale...

Non, mon sourire, au début, c'était du bidon, pour préserver mes proches (pas une posture pour faire ma maligne). Je suis comme tout le monde, juste un être humain.

Et c'est comme ça que j'ai pris l'habitude, très vite, de porter un regard décalé, d'essayer de trouver matière à rire, matière à dérision.
Même jaune, c'est toujours rire quand même, et de fil en aiguille, j'ai eu l'idée de ce blog, pour partager, donner des nouvelles à mes amis et proches, et qui sait, peut-être réconforter ne serait-ce qu'un seul malade, ce serait ça de pris !

J'ai aussi pris délibérément le parti de ne pas me poser de questions, de subir ce qu'il y aurait à subir, jusqu'à la guérison.


Car j'ai décidé de guérir.Enfin, de tout faire pour...


Et c'est pas courageux non plus, juste un réflexe instinctif de survie, en provenance de mes synapses, neurones et autres bidules qui m'ont fait survivre à tout jusqu'à présent.
Pas glamour non plus, hein ?

Et au final, ça marche plutôt bien, cette démarche.
Je vis ma maladie plutôt pas mal bien sur le plan moral, en même temps, elle a été détectée suffisamment rapidement, semble-t-il, et ne devrait pas se compliquer, ce qui n'est pas le cas de tout le monde, j'en suis bien consciente.

Et ma dépression chronique et plus que trentenaire semble s'être fait la malle... Semble.

A valider quand tout ce bazar sera plus calme et que... je retournerai au taf ? C'est vrai aussi que depuis 9 mois, je suis au calme...

On n'aura l'occasion de reparler de tout ça, dans un prochain post.

Et je prends toujours un ch'ti Valium le soir (5 mg, pas l'overdose non plus). Pas WonderWoman, hein !

lynda-carter-ww

Non, je ne suis pas courageuse, pour parodier le Grand Jacques, "on s'habitue, c'est tout ! "