quand-la-maison-blanche-veut-controler-l-information,M96736


Le 6 mars dernier, les services secrets de la Maison Blanche ont été informés par une source sûre et très infiltrée dans les milieux terroristes, d'une attaque à grande échelle en cours d'organisation dans une zone extrêmement localisée du territoire national.
 
Des milliers d'agents ennemis se seraient regroupés massivement tout en se fondant parfaitement dans l'environnement,afin de fomenter une attaque de grande ampleur, qui à terme pourrait mettre en péril le territoire dans son ensemble.
 
Après enquête et vérifications menées en toute célérité par les services secrets équipés d'un matériel de très haute technicité, l'information d'un attentat sérieux prévu pour la fin du mois a été confirmée le 9 mars 2013.
 
Dès lors, le Président en personne a chargé son Commandant en chef des armées, Thérèse L. ainsi que son Chef d'Etat-Major, Carlos D. de démanteler le réseau terroriste en toute discrétion, par des frappes chirurgicales très localisées.
 
La riposte a été programmée et s'est déroulée le 27 mars sans dommages collatéraux.

Les terroristes soupçonnés ont tous été neutralisés et arrêtés, quasiment sans effusion de sang ni dégâts matériels, de même qu'un groupuscule isolé replié à l'arrière à quelques centaines de km de la base terroriste.
 
Emprisonnés en un lieu tenu secret, tous les prisonniers sont soumis actuellement à un interrogatoire extrêmement minutieux, dont les résultats seront divulgués le 17 avril prochain par le Président en personne.
 
Mais notre envoyé spécial à Warneton croit pouvoir affirmer d'ores et déjà, que le FBI sera chargé de ratisser toute la région incriminée afin d'éliminer éventuellement quelques fanatiques isolés, et que les Casques Bleus mèneront une mission de maintien de la Paix et de l'ordre dans l'ensemble du pays afin d'éviter tout nouveau projet d'invasion sur l'ensemble du territoire, et ce pour une durée minimum de 5 ans.

Il est probable, mais pas certain, que la CIA sera aussi sollicitée dans le but d'éradiquer toute nouvelle tentative d'intrusion de groupuscules isolés dans le pays dans les mois qui viennent.

Nous ne manquerons pas de tenir nos lecteurs informés de la suite donnée à cette affaire !

De notre envoyé spécial à Warneton, E. D.